Afrique Foot Expo : Pour repenser le foot africain

foot-expoLa deuxième édition de Foot Expo, un grand salon consacré au football, organisé à Marrakech a pris fin ce dimanche. Durant les 4 jours de ce rendez-vous (11 au 14 octobre), les personnalités du foot africain ont d’abord planché sur le lendemain de ce sport avec le thème « L’Afrique, terre d’avenir du football ». Les sous thèmes« les nouveaux stades et leur optimisation » et « la sécurité dans les stades » ont été aussi développé. Le second volet de ce Foot Expo a consisté à l’exposition des sociétés.

 

On ne peut pas dire que ces sujets ne cadrent pas avec l’ère du temps. En effet, le continent a été marqué par des violences sur les stades. Le match de la CAF champions league entre l’Espérance de Tunis et l’Etoile du Sahel, le plus récent le dérapage Sénégal-Côte d’Ivoire du dernier tour des qualifications de la CAN ce 13 octobre en témoigne. La sécurité sur les stades implique la construction de stades répondant aux normes internationales. L’Afrique qui est un vivier de talent ne possède pas de nombreux terrains pour l’éclosion de jeunes talents. Pour facilité l’implantation de stades de qualité avec des pelouses acceptables, le synthétique était pendant un temps la solution. Mais les exposants du synthétique venus à ce Salon de Marrakech ne sont pas les plus heureux.

 

Le synthétique perd l’herbe

A cette édition 2012, s’est dégagé un constat : La pelouse synthétique traverse sa période de récession.
Sur la quarantaine d’exposants, un quart des exposants était du domaine. Ces entreprises venues du Maroc, de la France, de la Belgique ou d’Espagne font face à une rude concurrence : « On est surtout là parce que la concurrence est présente. De clients potentiels, on n’en attend aucun » explique à Edouard Mur, représentant au Maroc de Desso Sport, une société belgo-néerlandaise pionnière du secteur un peu dubitatif.

En plein essor au début des années 2000, avec l’avènement d’une nouvelle génération en polyéthylène, l’âge d’or du synthétique a favorisé la création ou la reconversion de sociétés « Le boom a été phénoménal, le marché a explosé », dixit Alex Ollagnier, un responsable de Lano Sports, à l’origine dans la fabrication de moquettes. « Au départ, c’était une niche, nous étions trois ou quatre maximum. Mais maintenant il y a beaucoup de monde, peut-être une vingtaine », confirme Jean-Pierre Talpone, de Desso Sport. « Comme pour tous les produits qui marchent, il y a des franc-tireurs qui viennent de partout et c’est la guerre. »
Des entreprises chinoises ou turques ont densifié la concurrence et fait chuter la demande, puis le coût.
Obligées de serrer le jeu, les sociétés se sont présentées au Maroc pour vanter la qualité de leur produit, et espérer avoir d’autres débouchés après que les rideaux soient tombés sur l’édition 2012 de Foot Expo.

Publié par Equipe rédaction pour Africa Top Sports

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports