Etranger Rugby / XV de France : Fickou fier et équilibré

La révélation du début de saison dans l’Hexagone, Gaël Fickou découvre la vie en Bleu. Le jeune centre de 18 ans du Stade Toulousain, ne dissimule pas sa fierté de côtoyer les internationaux. Mais le Franco-Congolais, ne met pas sa vie de rugby au dessus de tout.

Extrait d’un entretien accordé à orange.fr.   


Etat d’âme pour vos premiers pas au sein de l’équipe de France ?
Je suis très heureux de faire partie de ce groupe. C’est un réel plaisir que de côtoyer de tels joueurs. Ça fait un peu bizarre, pourquoi le cacher, il y a quelques temps, je les voyais tous à la télévision, aujourd’hui, j’évolue à leurs côtés. Je suis très fier. Ça donne envie de mieux faire encore quand les entraîneurs vous sélectionnent dans un groupe de ce niveau-là. Je me sens redevable d’une certaine manière et dans l’obligation de me donner à fond.

  Une carrière brillante s’offre à vous, mais vous n’en négligez pas pour autant vos études avec l’obtention en septembre de votre Baccalauréat. Une nécessité à vos yeux ?
C’est même très important. On n’est à l’abri de rien avec le rugby, tout peut aller très vite dans le bon sens, mais tout peut aussi basculer du mauvais côté. Il faut savoir rester vigilant, c’était important à mes yeux d’avoir ce Bac (obtenu en septembre), comme c’est important d’obtenir maintenant mon BTS. Et je ne lâcherai pas mes études parce que ça fait aussi partie de ces choses qui me permettent de m’extérioriser des choses du rugby, qui me font changer un peu d’air. C’est important pour l’équilibre d’un joueur.
Seriez-vous déçu de ne pas être retenu par Saint-André dimanche dans le groupe des 23 qui préparera le match contre l’Australie ?
Non, pas une déception. Je suis venu là pour voir comment ça se passait. Je vais me donner à fond aux entraînements, mais si je ne suis pas pris, ce n’est pas grave. Je n’ai que 18 ans, j’ai encore un peu de temps devant moi pour essayer de revenir et disputer des matches aussi importants. Pour le reste, très franchement, je comprendrai tout à fait de ne pas figurer parmi les 23 pour ce match face à l’Australie. Vu la qualité des centres qui figurent dans ce groupe, ce serait assez logique. Je suis là pour apprendre, c’est déjà énorme que d’être là.

 

Publié par Benoit DOSSEH pour Africa Top Sports

Benoit DOSSEH / ATS