Afrique El Shaarawy : Le pharaon qui a conquis l’AC Milan

A vingt ans à peine, Stephan El Shaarawy est le « petit pharaon » qui a conquis  l’AC Milan.

Meilleur buteur de Serie A, l’Italien d’origine égyptienne porte à bout de bras le club lombard depuis le début de saison. Heureux de l’éclosion de sa perle, l’AC Milan compte prolonger l’international transalpin de 20 ans dès maintenant. «On va le prolonger bientôt d’un an, jusqu’en 2018», a déclaré lundi Adriano Galliani, l’administrateur délégué du club lombard.
Il vaut mieux, pour les tifosi rossoneri, ne pas imaginer où serait le club sans l’apport de son jeune attaquant. Le « Petit Pharaon » a même peut-être sauvé la tête de son entraîneur. Sans lui, Massimiliano Allegri aurait eu du mal à survivre à la crise de résultats des deux premiers mois, cinq défaites en huit matches de championnat.
Leader de l’attaque milanaise, Il Faraone a eu besoin d’une année d’apprentissage pour exprimer au mieux ses qualités. Il  profite aujourd’hui du départ d’Ibrahimovic pour se libérer. Milan ne peut tout simplement pas faire sans lui, en Série A comme en Ligue des champions. Il est la seule certitude et la seule satisfaction de ce début de saison milanais.

 

Stefan El Shaarawy a marqué à lui tout seul quasiment la moitié du total des buts de son équipe (17). Arrivé au club en 2011, l’international italien, né d’un père égyptien, est devenu aujourd’hui un élément essentiel de l’équipe de Massimiliano Allegri.
Enfin libéré
Longtemps remplaçant, l’ancien footballeur de Padoue et Parme a pris son mal en patience afin de gagner la confiance de son entraîneur. Il faut dire que le contexte actuel plaide en sa faveur.
Arriver à Milan à 18 ans, avec une réputation de grand espoir, dans une équipe championne en titre, Stephan El Shaarawy a dû affronter les remarques acerbes de quelques cadres sur sa coupe de cheveux. La fameuse crête de l’attaquant n’a pas été du goût de Gattuso et d’autres anciens, qui lui ont demandé de la raser car il devait alors se concentrer sur le foot et pas sur ses coupes de cheveux.
Considéré comme un joueur prometteur, mais trop souvent irrégulier, El Shaarawy a inversé la tendance de manière fracassante. Il a déjà gagné son pari engagé avec Massimo Ambrosini, qui lui avait promis de payer ses vacances d’hiver s’il marquait sept buts toutes compétitions confondues avant la trêve. Le capitaine a modifié le pari, puisqu’El Shaarawy en a rempli les critères deux mois avant le terme: à 10 buts, les vacances seront aux Caraïbes!

Le numéro 92 (son année de naissance) a même été couronné par un des mythes du club, Andriy Shevchenko. « Je trouve qu’il me ressemble beaucoup, juge l’Ukrainien. Il s’améliore match après match, et il a encore une grande marge de progression ». Un « Pharaon » adoubé par un Tsar.

Publié par Isidore AKOUETE pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com