Athlétisme Athlétisme / Sénégal : Un fauteuil pour deux !

Le sport sénégalais joue à qui aura la crise la plus originale.

Après le judo, et le foot c’est l’athlétisme qui s’invite dans la tourmente. Deux hommes revendiquent la présidence de la fédération. Momar Mbaye, ancien président parti de son propre chef, veut retrouver le fauteuil de la Fédération sénégalaise d’athlétisme (FSA), ce que son successeur Iba Cisssé n’approuve guère. En cause dans cette confusion la procédure.
Nommé au poste de directeur des affaires générales et de l’équipement du ministère des Sports,  Momar Mbaye, élu en 2010, avait décidé de laisser la FSA « pour ne pas être critiqué par les autres présidents de Fédération… Aucun texte ne l’interdisait, mais il y avait un risque de conflit d’intérêt, et c’est pourquoi, en 2010, au cours d’une réunion du Comité directeur, nous avons décidé de confier l’intérim à mon premier adjoint», a dit Momar Mbaye à l’APS.

Depuis, la fonction de président de la fédération sénégalaise d’athlétisme est assurée par Iba Cissé. N’étant plus au ministère des Sports, Momar Mbaye a été appelé, à reprendre les rênes de l’athlétisme sénégalaise suite à une réunion de l’exécutif de la FSA le 29 octobre dernier. Le hic est qu’Iba Cissé dit ne pas être au courant d’une telle décision.  « C’est vous qui me l’apprenez. J’ai participé, d’ailleurs, à la réunion du lundi mais, personne ne m’a informé de ce changement. Je reste président jusqu’à la tenue de la prochaine assemblée générale, en février prochain », a-t-il déclaré.

Visiblement Iba Cissé n’approuve pas la procédure de son éviction. Une procédure qui n’est pas clairement notifiée dans les textes de la FSA, comme le reconnaît le deuxième vice-président, Sara Walli interrogé sur le même sujet : « Nos textes ne sont pas clairs là-dessus, mais ce qui est constant, Iba Cissé a été chargé de gérer l’intérim », déclare Sara Willi qui soutien que Momar Mbaye « n’a jamais cessé d’être le président » de la fédération dans son entendement. Le retour de l’ancien directeur des affaires générales et de l’équipement serait aussi motivé par « la situation catastrophique que traverse la FSA ». 

 « La situation difficile a été exacerbée par la non tenue du meeting international de Dakar qui était l’une des sources de financement de l’instance dirigeante de l’athlétisme sénégalais », a ajouté le deuxième vice-président de la FSA.

 

Publié par Benoit DOSSEH pour Africa Top Sports

Benoit DOSSEH / ATS