Afrique Nabil Maaloul : « Je veux qu’ils restent sous pression »

L’entraineur de l’Espérance Tunis, Nabil Maaloul, au cours d’une interview accordée à Radio France Internationale, a évoqué les chances de son club à quelques jours de la finale retour de la Ligue des champions CAF.

Le sélectionneur est revenu sur l’effectif du club, la mobilisation du public et surtout la pression qui ne cesse de monter. Une deuxième victoire consécutive du club tunisois confirmera la bonne santé du football tunisien.

Nabil n’a pas caché son souhait d’avoir les 60.000 spectateurs comme prévu: « On aurait aimé jouer devant 60 000 spectateurs. Mais comme vous le savez, avec ce qu’il se passe actuellement en Tunisie, avec le « printemps arabe » comme on dit, c’est difficile d’avoir 60 000 spectateurs tout en assurant la sécurité. On va faire avec. Les autorités nous ont autorisé à avoir 31 000 personnes dans le stade, je pense qu’il y en aura 40 000, j’en suis sûr. Ils vont être derrière l’Espérance et ça va être quelque chose de positif pour nous. C’est pour ça que je parlais de 60/40, avec l’apport du public, puisqu’on joue chez nous, à Radès, on va avoir un petit avantage. »

Deux grandes absences sont remarquées dans le camp tunisois sans compter les blessés qui peuvent déclarer forfait à tout moment : « Malheureusement non. On a deux absences pour cause de suspension. Sameh Derbali, notre arrière latéral droit et Harrison Afful, notre milieu droit, qui ont reçu un avertissement lors du match aller. On va donc être handicapé à droite. Et puis il y a toujours la blessure de Youssef Msakni, qui a subit une opération de l’appendicite et qui n’a toujours par réintégré le groupe. Je ne pense pas qu’il sera opérationnel. »
Nabil Maaloul  est prévisible. Il se fait une idée des plans de l’adversaire : « Il va certainement essayer de nous contrer en début de rencontre, durant la première mi-temps. Et en deuxième période, il va attaquer avec un maximum de joueurs, comme lors du match à Alexandrie où il avait jeté toutes ses armes offensives. A nous de nous préparer à tous les scénarios possibles. »
L’entraineur de l’Esperance Tunis veut que ces joueurs soient sous pression : « Je veux qu’ils (ndr les joueurs) restent sous pression, c’est ainsi qu’ils donnent leur maximum. Je ne souhaite pas qu’ils sentent qu’ils sont favoris. »

Publié par Roger ADZAFO pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com