Afrique Australe Affaire Pistorius : Ce que dit la presse ce lundi!

Accusé d’avoir assassiné sa petite amie, Oscar Pistorius devrait se présenter devant les juges ce mardi pour une éventuelle mise en liberté provisoire.

Mais le célèbre athlète sud-africain à une infime chance de s’en sortir. La presse a relevé beaucoup de pistes de ses actes conduisant au décès de sa femme, Reeva Steenkamp, dès les premières heures de la Saint Valentin.

Sous l’emprise de la drogue, le champion sur 200 et 100 mètres des jeux Paralympiques à Londres, après les 4 balles tiréesse serait même servi d’une batte de cricket pour finir ses actes.

City Press balaie totalement du revers de la main l’argument relatif à l’ accident avancé par l’accusé. City press essaie de relater les faits tels qu’ils se sont posés.

Pour la presse sud-africaine, la miss sud-africaine, Reeva Steenkamp aurait passé la nuit chez Oscar Pistorius. Et elle aurait été assassinée vers trois heures du matin avec un pistolet alors qu’elle se cachait dans la salle de bain. Selon toujours le journal, Pistorius aurait pris des anabolisants avant de commettre son forfait. Des tests sur l’athlète devraient confirmer ces arguments sur des médicaments, des stéroïdes qui selon le journal peuvent créer des épisodes schizophréniques.

Un aspect important qui peut confirmer l’acte ignoble, est la présence de la batte de cricket ensanglantée retrouvée sur le lieu du crime. Le quotidien en afrikaans a même titré à la Une de sa parution de ce jour  « le mystère de la batte pleine de sang ».

La question qui revient est de savoir celui qui a utilisé la batte de cricket : est-ce la victime pour essayer de se défendre ou l’assassin pour arriver à ses fins ? Certaines informations de en afrikaans, Beeld  évoque que la police nie en bloque la présence de batte de cricket sur le lieu de crime. Plusieurs questions mettent en doute cet argument.

La justice et la police ont du mal par rapport a la fuite des informations émanant de la presse. Elles demandent à la presse de respecter l’éthique et la déontolongie. Ce que proteste Le quotidien  Daily Marverick. Le journal ressort l’affaire sur l’assassinat de la jeune femme de 17 ans, Anene Booysen. Son corps avait été retrouvé 15 jours après avoir été victime de viol collectif. Là, la police ni la justice n’avait émis l’idée de la déontologie et pourtant c’est la presse qui a fait le boulot.

L’affaire Pistorius a pris des dimensions importantes au point qu’elle est même comparée à celle de la vedette du football américain O.J. Simpson, dont le procès pour le meurtre de sa femme et de son amant s’était joué en grande partie dans l’opinion publique.

A lire aussi :

Afrique du Sud : L’affaire Pistorius déchaîne les esprits sur Twitter

Oscar Pistorius: Son manager annule ses prochaines courses !

Une batte ensanglante retrouvée chez Pistorius

 

 

 

Publié par Franck OROCOTI pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com