Algérie Jeux Méditerranéens/ Amar Addadi : « L’organisation de ces Jeux méditerranéens avance à grand pas »

La ville de Mersin en Turquie accueille les prochains Jeux Méditerranéens du 20 au 30 juin 2013.

A quatre mois du début de la compétition, le président du Comité international des Jeux méditerranéens, l’Algérien Amar Addadi s’est exprimé, au micro du quotidien l’Expression, sur l’organisation de l’événement et le sport algérien.
« L’organisation de ces Jeux méditerranéens avance à grand pas dans cette ville turque de Mersin. Il faut bien rappeler que nos amis les Turcs ont pris le train en marche dans la mesure où, initialement, cette XVIIe édition des J. M. était programmée dans la ville grecque de Volos. Seulement, la situation économique de la Grèce ne permet pas l’organisation d’une telle compétition méditerranéenne d’envergure, c’est donc nos amis Turcs qui ont accepté de prendre en charge l’organisation de cette édition. Cela s’est passé exactement le 23 février 2011. »

« Je dois bien signaler que les 24 pays méditerranéens ont déjà confirmé leur participation à ces XVIIe Jeux Méditerranéens de Mersin 2013. Il y a aussi cette date du 7 mai prochain qu’il ne faudrait pas oublier. Car c’est durant cette date limite qu’on statuerait sur les critères des épreuves. En d’autres termes, si dans une quelconque épreuve il n’y a pas le nombre requis eh bien, ces épreuves risquent bien d’être annulées. De plus, c’est à cette date que vont avoir lieu les tirages au sort des finales des sports collectifs. »

« Le sport algérien est malade. Des instances sportives sont minées par des querelles intestines qui nuisent au développement de la discipline. Et ce serait très difficile par la suite de remonter la pente. Il y a cet ancien décret qui a provoqué une démobilisation générale de notre secteur sportif et surtout pour les bénévoles, les vrais qui sacrifient leur temps au service de la jeunesse.
En tous les cas, rien n’est perdu. Il faut savoir qu’il y a un nouveau partenaire avec son nouveau groupe au ministère de la Jeunesse et des Sports. Et comme cela tombe bien avec le renouvellement des instances sportives, gageons que ce serait donc une bonne opportunité pour redynamiser notre mouvement sportif national pour revenir à la véritable place qui lui sied. »


« Les grands perdants et les oubliés sont ces athlètes. Ils se trouvent coincés entre les contingences interpersonnelles qui font oublier aux intéressés le véritable intérêt du mouvement sportif national et surtout de cette mission de sauvegarde de l’image de l’Algérie à l’échelle internationale. La remise à niveau de nos disciplines va être très dure à accomplir, mais pas du tout impossible, heureusement. D’une manière ou d’une autre, il faudrait, tout de même, un certain temps pour retrouver la stabilité et la sérénité pour freiner cette chute vertigineuse vers le bas. Il serait donc urgent de rétablir les normes et les structures pour élever le niveau du mouvement sportif national et pour ça, il est encore temps. Dieu soit loué! »

 

 

Publié par Isidore AKOUETE pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com