Afrique Guinée : Déjà hors-course pour l’accueil de la CAN 2019?

La Guinée est loin de remplir le cahier de charges de la confédération africaine de football (CAF), alors qu’elle postule pour l’organisation de la prochaine édition de la coupe d’Afrique des nations de football en 2019, a annoncé en conférence de presse le chroniqueur sportif guinéen, Thierno Saidou Diakité et secrétaire général de la Fédération guinéenne des Sports mécaniques.
Dès l’entame, M. Diakité a indiqué que le gouvernement guinéen a bel et bien déposé  au siège de la CAF au Caire en Égypte, une lettre de garantie qui confirme la volonté manifeste des décideurs politiques à abriter l’édition de 2019 de la CAN sénior de football, a-t-il annoncé.
La Guinée doit remplir les exigences de la CAF formulées dans le cahier de charge : « Pour organiser une compétition africaine, la CAF exige du pays organisateur qu’il ait quatre sites de compétition aux normes internationales », a-t-il déclaré.
Au stade actuel, Thierno Saidou Diakité affirme que la Guinée ne dispose pour le moment que le stade du 28 septembre de Conakry, et le stade de Nongo de 50 mille places en attente d’achèvement. « Donc  pratiquement, la Guinée est loin de remplir cette exigence », a-t-il déploré.
Pour espérer rivaliser avec le Sénégal, le Nigeria, l’Algérie et la République démocratique du Congo (RDC), également en lice, M. Diakité suggère aux autorités de miser d’abord sur la CAN Juniors 2017.

Evaluant les retombées que génère l’organisation des festivités de la biennale du football africain, l’orateur a dégagé les préalables : « A cette échéance, nous aurons en plus du stade du 28 septembre de Conakry, le grand stade de Nongo livré. D’ici là, il faudra réhabiliter le stade Elhadj Saifoulaye Diallo de Labé, qui servira de second stade de compétition ».

Se référant à l’état actuel du sport guinéen, le chroniqueur de hebdomadaire La Lance, a expliqué que seule une phase finale de la CAN senior peut aider le pays à résorber le retard qu’il enregistre au plan des infrastructures.

« Des travaux annexes devront être programmés à savoir : la réhabilitation de la nationale Conakry-Labé, ainsi que l’aéroport de Labé, la mise en norme des réceptifs de Conakry et Labé, la réfection des stades de la Mission de Kaloum, du 28 septembre, de Bonfi qui feront office de le groupe qui sera basé à Conakry », a-t-il indiqué.
Du point de vue technique, Thierno Saidou Diakité a proposé, par exemple, la mise en place d’un Comité d’organisation multi-sectoriel, avec pour charge d’instruire le dossier de candidature de la manifestation sportive dans ses moindres détails, et élaborer la feuille de route.
En Conseil interministériel du 12 septembre 2007, le gouvernement guinéen d’alors avait suggéré l’idée d’organiser la phase finale de la grande compétition continentale prévue en 2016.
Mais après cette annonce verbale, tous les gouvernements successifs n’ont pas daigné s’y impliquer.
C’est seulement sous l’avènement du nouveau Chef de l’Etat, Alpha Condé, que les nouvelles autorités guinéennes ont pris la décision de sortir le dossier dans les tiroirs en vue de le réactualiser.
L’actuel pouvoir a déposé au siège de la CAF, une lettre de garantie qui confirme sa volonté politique.
A rappeler que la Guinée n’a jamais organisé une coupe d’Afrique des nations de football, ni la remporter.

 De notre correspondant en Guinée, Bah Abdoulaye. 
Publié par Equipe rédaction pour Africa Top Sports

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports