Afrique Adebayor-Agassa, gestion des Eperviers, le match du Cameroun : Didier Six se fend d’explications stériles à la télévision !

Ses sorties médiatiques sont rares. Du coup, sa présence lundi sur le plateau de la TVT (Télévision togolaise) a été scrutée de très près. Didier Six, le sélectionneur des Eperviers du Togo a tenté de fournir des explications sur ces choix ces dernières semaines. En vain.

Depuis la CAN 2013, le torchon brule entre Six et ses joueurs cadres notamment Emmanuel Adebayor et Kossi Agassa. Au moment de confectionner sa liste pour le Cameroun en éliminatoires du Mondial 2014 (défaite 2-1), le technicien français n’a pas fait appel aux deux hommes. Une situation inacceptable pour la fédération qui a chamboulé la liste du sélectionneur. Si Six confirme n’avoir pas convoqué Adebayor et Agassa, il révèle également n’avoir pas donné son accord pour la liste finale de la FTF : «La liste finale n’a pas eu ma bénédiction. Je n’ai pas mis Shéyi et Agassa ». Et de donner les raisons : « Je n’avais pas d’assurance. Shéyi était sorti sur civière dans un match et on parlait de rupture des ligaments. Je ne pouvais pas prendre de risques. Pour Kossi, j’ai lu dans France Football qu’il pensait arrêter et laisser la place aux jeunes ». Dans le premier cas, Adebayor blessé contre Liverpool est revenu une semaine plus tard et a d’ailleurs marqué en Europa league contre l’Inter Milan, plusieurs jours avant la confection de son groupe. Bref passons.

 

Didier Six semble également avoir perdu la main sur son effectif. En dehors d’Adebayor et Agassa absents pour Yaoundé, le staff était sans nouvelles des frères Ayité. Le technicien n’a pas su trouver de réponses à ces défections et se contente de ce qu’il a. L’ancien Bleu ne communique plus non plus avec son adjoint, le local Tchakala Tchanilé et déclare toujours travailler avec Alain Happe. Un ami qu’il a amené dans ses valises et qui lui sert d’interlocuteur dans le staff depuis sa nomination. Sauf que depuis le retour de la Coupe d’Afrique, ce dernier a démissionné, lassé sans doute par l’ego démesuré de son head-coach. «Alain Happe restera mon adjoint en esprit », a-t-il confié. Six reproche notamment à Tchanilé ses propos sur des médias sur son comportement déplacé en Afrique du Sud. « J’ai appris par les médias tout ce que Tchakala a dit lorsque je n’étais pas là. Il me dit qu’il n’a jamais dit ça et que ses propos ont été déformés mais qu’il apporte un démenti ». Dans ces conditions, plus question de travailler avec lui, pouvons nous résumer.

 

Didier Six, c’est aussi ses choix tactiques décriés. On se souvient qu’après l’élimination à la CAN, Adebayor Agassa entre autres ont critiqué ses choix. Ce qu’il n’a toujours pas digéré. A Yaoundé, alors que menés (2-1), le technicien sort Komlan Amewou et fait rentrer Moustapha Salifou et fait monter le défenseur Vincent Bossou en attaque. Et pourtant, il lui restait toujours un remplacement avec un attaquant sur le banc (Kalen Damessi). Sa réponse laisse perplexe : « Oui j’ai fait monter Vincent pour sa taille pour que les gars puissent envoyer de longs ballons devant. Pour Amewou et son remplacement avec Salifou ; ce sont des amis donc les remplacer l’un par l’autre ne pose pas de problèmes ».

 

Didier Six le sait. Il est vomi par la presse togolaise et la fédération également cherche à sa débarrasser de lui. Amavi Patatou, porte-parole de la FTF ne l’a pas caché sur les antennes de Radio Fréquence 1 (chaine locale) samedi dernier : « Le souci avec Six c’est qu’il a encore plusieurs mois de contrat. Si on le renvoie aujourd’hui, nous devons payer des indemnités énormes alors que nous n’avons pas ses sous. Le dossier Jean Thissen est toujours pendant au TAS. Donc on y réfléchit. On sait qu’il ne peut plus faire l’affaire ». Le technicien français conscient de ses réalités s’accroche aussi.

Publié par Steven LAVON pour Africa Top Sports

Rédacteur en chef à Africa Top Sports. Premier portail sportif Africain. http://www.africatopsports.com