Afrique Gabon: Un président de club brutalise physiquement un de ses joueurs !

Hervé Patrick Opiangah est le genre de président de clubs qui fait la une des journaux au Gabon. Rappelez-vous, c’est lui le propriétaire du club CF Mounana qui n’avait pas hésité à emprisonner le Togolais Atchabaou Djamilou pour une affaire de transfert litigieux. Un problème finalement réglé par les représentants du joueur.

Cette fois-ci, Opiangah est au cœur d’un scandale impliquant un de ses joueurs qui l’accuse de l’avoir brutaliser physiquement au cours d’une réunion avec toute l’équipe. Et comme si cela ne suffisait pas, le président a envoyé ses gardes du corps finir le boulot. Le Burkinabé Foto Oussalé s’est confié sur sa mésaventure à nos confrères du site mazleck.info. Extraits.

« Le président avait convoqué une réunion et avait souhaité, d’entrée de jeu, que cette rencontre soit des échanges durant lesquels chacun devait essayer d’expliquer les raisons de l’impasse du club en compétition africaine. Entre temps, j’avais avoir eu le temps de constater des fortes modifications dans mes états de soldes, sans qu’aucune explication ne me soit donnée par la comptabilité ou toute autre personne ressource. C’est à dire que je percevais maintenant mon salaire en dents de scie ; si je prends mon salaire aujourd’hui à 1.million de francs, je pourrais le toucher à 1.100. 000 de francs demain voir même en dessous. C’est la raison pour laquelle j’ai sollicité la parole durant la réunion. Non seulement qu’elle m’avait été refusée farouchement avec au passage des injures publiques dignes d’une bête de somme, le président Opiangah s’est détaché et s’est jeté sur moi tout en me rouant de coups en présence de tout le monde, qui suivait ce triste spectacle que je déplore et que je dénonce avec la dernière énergie.Oui, Opiangah m’a boxé… »

« Car, c’est la première fois qu’un président de club me bat et me violente en sept (7) ans d’exercice de ma profession de footballeur professionnel. Dans l’après-midi de ce mercredi 13 mars, j’ai reçu à mon hôtel (Hôtel Sossa du quartier Rasel) la visite inopinée de quatre inconnus qui m’exigeaient mon passe port« .

« Vu mon opposition à leurs injonctions, le président du club a dépêché cette fois-ci le 14 mars ,quatre policiers de la BRAC (brigade de recherche anti criminel) qui m’ont intimidé de leur donner mon passeport. J’ai refusé d’obtempérer, déjà qu’ils n’étaient pas en uniforme. Ils ont commencé à me brutaliser tout en me rouant de coups devant les agents de l’hôtel, et je me suis senti épuisé pendant les une heure de hautes luttes. Ils m’ont finalement arraché le passeport et ils m’ont menotté en m’exigeant de leur donner aussi mon second passeport« .

Le joueur compte d’ailleurs porter plainte contre Hervé Opiangah.

« Je crois que c’est cette incompréhension qui nous conduit jusque-là, mais de là à me boxer comme si j’étais son enfant. Je ne laisserai pas cette affaire comme ça. Je saisirai les instances supérieures du football, notamment la FIFA, la CAF et mon avocat en Belgique. Je viens de saisir mon ambassade qui a appelé la police. Cette dernière nous a répondu qu’elle avait pour mission de m’arracher le passeport qui se trouverait actuellement avec le président du club« .

Publié par Steven LAVON pour Africa Top Sports

Rédacteur en chef à Africa Top Sports. Premier portail sportif Africain. http://www.africatopsports.com