France Kombouaré : «Il ne faut jamais oublier le passé d’un club»

Antoine Kombouaré avait été limogé et remplacé par Carlo Ancelotti. Dans les colonnes de L’Equipe, le Kanak avoue ne pas oublier le PSG. Le technicien, actuellement sans club, dit encore une fois tout l’amour qu’il a pour Paris.
« Peut-être que je ne serai jamais champion… Mais on ne m’a pas privé d’un titre parce que je savais, depuis le début, que je ne faisais pas partie du projet. Ce n’était qu’une question de temps. Mes relations de travail avec Leonardo étaient très fraîches. Je ne me plains pas, attention ! Je n’ai pas de regrets parce que je sentais qu’on n’avait pas confiance en moi (…) À ma place, d’autres entraîneurs auraient très mal vécu de se faire virer tout en étant champion d’automne. Je n’ai pas voulu en faire un combat personnel, mettre les médias de mon côté pour entamer une sorte de bras de fer. Le jour où j’ai signé mon contrat, je savais qu’il y aurait une fin à cette expérience. À partir du moment où il n’existe pas de relation de confiance avec les gens qui m’emploient, ce n’est pas un problème d’arrêter. Et puis, je me suis toujours dit que ce n’était que du foot… Je n’en voudrai jamais ni à Leonardo ni à ses supérieurs. Je n’étais qu’un salarié dans une entreprise (…) Je comprends qu’un nouvel investisseur vienne avec son projet, sa politique. Il faut l’accepter. Bien sûr, il ne faut jamais oublier le passé d’un club (…) Je ne fais pas partie des anciens du PSG qui estiment que le club, aujourd’hui, ne les respecte pas ».
Kombouaré est aussi revenu sur la situation de certains joueurs parisiens, qui ont le sentiment d’être écartés du projet du PSG.

 

« Je comprends leur frustration ou leur sentiment d’injustice, mais je n’approuve pas leur comportement. Ils ont signé un contrat et doivent respecter les choix de l’entraîneur. C’est un message que je fais passer à Jérémy, Kevin (Gameiro), Sylvain (Armand), Papus (Camara), Clément (Chantôme) . S’ils se sentent un peu de côté, qu’ils bossent, qu’ils attendent la fin de la saison et, ensuite, ils exprimeront leur souhait de partir. Par contre, à ce moment-là, il ne faudra pas qu’ils se disent : « Et si j’allais renégocier mon contrat… ? » Non ! Qu’ils n’oublient pas ce qu’ils ont ressenti pendant la saison ».

 

Publié par Isidore AKOUETE pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com