Afrique Cameroun : De grands entraîneurs candidats à la succession d’Akono

La destination « Cameroun football » attire toujours du monde.

Et pas n’importe qui. Le récent appel à candidatures pour le recrutement d’un sélectionneur pour les Lions indomptables clôturé jeudi, le démontre à suffisance. De grands noms de l’entraînement ont postulé. Des personnes qui ont « gagné quelque chose ».

Ces postulants reconnaissent un certain prestige à la sélection nationale A du Cameroun puisqu’ils ont décidé de faire fi de l’atmosphère de pressions, de la désorganisation, de l’improvisation, et des sempiternelles querelles entre les dirigeants du football d’une part et les joueurs de la sélection d’autre part qui pourrissent la vie à chaque sélectionneur. Portraits du Suédois Sven-Goran Eicksson, des Français Roger Lemerre, Pierre Lechantre et Claude Marie Leroy. Sven-Goran Ericksson dont le dernier club est le Bec Tero Sasana de Thaïlande veut retrouver l’Afrique après sa pige de 2010 en Côte d’Ivoire.

Le technicien aujourd’hui âgé de 65 ans, avait managé les Eléphants de mars à juin pendant, réalisant avec eux un parcours sans panache en Coupe du Monde. Entraîneur depuis 1977, l’ancien sélectionneur de l’Angleterre et du Mexique signerait s’il était retenu, le 15ème contrat de sa carrière. Ericksson détient un palmarès impressionnant : 1 Coupe des vainqueurs de Coupes, 1 Coupe de l’Uefa, 1 Supercoupe d’Europe, 6 titres de champion national, 6 Coupes et 2 Supercoupes nationales gagnés en Europe. Sans oublier une finale de Ligue des Champions et trois quarts de finale dont deux disputés en Coupe du Monde.

Pour avoir été le sélectionneur du Maroc, de la Tunisie, et actuellement le coach du Cs Constantine, Roger Lemerre peut se targuer de connaître un peu mieux l’Afrique qu’Ericksson. Du moins l’Afrique du Nord, le seul endroit du continent où il est passé.  Les plus grands faits d’armes de l’ancien défenseur aujourd’hui âgé de 71 ans, sont le titre de champion du monde en 1998 (en tant qu’entraîneur adjoint), champion d’Europe en 2 000, champion d’Afrique en 2004. Son palmarès affiche aussi une victoire en Coupe des Confédérations en 2001 et un succès en Coupe du Monde militaire (2005). Claude Leroy et Pierre Lechantre sont loin d’être des inconnus au Cameroun. Ils y sont même adulés. Chacun d’eux a laissé un bon souvenir aux Camerounais. Claude Le Roy, pour avoir bâti l’équipe qui sous sa houlette, disputa la finale de la Coupe d’Afrique des nations de 1986 et gagna celle de 1988.

Les Camerounais reconnaissent que lors de son court passage de 1998, il a posé les bases de la « Dream team », l’équipe qui allait plus tard remporter les Coupes d’Afrique de 2000 et 2002 et disputer la finale de la Coupe des Confédérations en 2001. Si son palmarès est loin d’être étoffé, le Breton rafle les suffrages à cause de sa passion pour l’Afrique et surtout de l’Afrique subsaharienne. En dehors du Cameroun, il est aussi passé par le Sénégal, le Ghana, la République démocratique du Congo dont il vient de quitter le banc pour la deuxième fois. Il postule cette fois-ci en compagnie de son ancien protégé, Pierre Lechantre. C’est ce dernier qui a permis aux Lions indomptables de retrouver le chemin des succès en Coupe d’Afrique, en remontant su la plus haute marche du podium, en 2000 et après 12 ans de disette. Il a le mérite d’avoir jeté Samuel Eto’o, alors jeune remplaçant, dans le bain.

Coaching payant. Puisque l’ex pensionnaire de Ksa finira le tournoi co-meilleur buteur avec quatre réalisations. Pierre Lechantre symbolise aussi le beau jeu pratiqué à la Can Ghana-Nigeria par les Lions. Aussi les Camerounais parlent de lui toujours avec une pointe de nostalgie.

Selon certains observateurs, il serait le favori dans la course à la succession de Jean-Paul Akono, parce que réclamé par l’épouse du président camerounais, Paul Biya.

Publié par Equipe rédaction pour Africa Top Sports

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports