Afrique Michel Kaham : « Nous sommes censés collaborer avec La Fécafoot »

Depuis le 11 avril 2013, le football camerounais compte en ses rangs, le Rassemblement des footballeurs du Cameroun (Rfc). Elle devient ainsi la quatrième association de footballeurs du Cameroun. « Une association de trop »,  ont pensé certains tandis que d’autres voyaient là  une structure suscitée par la Fédération camerounaise de football susceptible de l’aider à contrer les Synafoc, Afac et autres Ufc. Allégation que conteste Michel Kaham, son président. Alors que le débat portant sur le choix de l’association qui va représenter le corps de métier des footballeurs au sein du collège électoral de la Fécafoot fait rage, l’ancien Lion indomptable devenu entraîneur de football, déclare que son organisation est celle qui a été choisie. 

 

Qu’est-ce qui a motivé la création de cet autre regroupement de footballeurs qu’est le Rassemblement des footballeurs du Cameroun?

Tout est parti des consultations organisées par le ministre des sports et de l’éducation physique qui a convoqué trois associations de footballeurs début avril. Alors, ceux qui ne se reconnaissaient dans aucune d’entre elles ont décidé de faire entendre leur voix aussi. D’où cette réunion qui a  finalement conduit a la création du Rfc et qui a été reçu par le ministre.
Nous avons tenu une assemblée générale élective avec une cinquantaine d’anciens footballeurs toutes générations confondues (mondialistes, internationaux et amateurs simples) avec pour obligation de justifier d’une licence de football délivrée par la Fécafoot ou bien d’une sélection en équipe nationale pour ceux  qui sont nés a l’étranger.

Quels sont vos objectifs? 

 

Notre but avoué est de participer efficacement au développement du football et à l’épanouissement du footballeur et de devenir légitimement une force de propositions auprès des instances du football.
Pour ce, nous devons reprendre les places qui nous reviennent de droit dans la gestion du football. On se doit d’établir entre le  Rfc et la Fécafoot une étroite complémentarité.
L’association qui veut siéger à la Fécafoot doit y être comme les autres corps de métier : entraîneurs, arbitres.
Il n’y pas de prise de position officielle d’une association pour ou contre un candidat.
Le membre qui veut militer quelque part  ne doit le faire qu’en son nom propre.
Cependant les propositions constructives faites par les candidats en faveur d’un corps  de métier peuvent influencer le vote de ses délégués.

Que répondez-vous à ceux qui disent que vous avez été créé par la Fécafoot pour combattre les autres associations de joueurs qui lui sont hostiles?

 

C’est facile à dire au vu du climat actuel dans notre football.
Je vous répète que ce sont les consultations organisées par le Ministre qui ont tout déclenché. Soudainement les sans voix et les  laissés-pour-compte ont décidé de se faire entendre. Il faut noter pour bien nous comprendre que tout le monde se reconnaissait dans l’Afc qui avait intégré la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) en 1996 et qui y a trôné  jusqu’en 2011 ou de  graves  dissensions nées dans l’exécutif de l’Afc  ont provoque son éclatement et ensuite sa suspension par la Fécafoot puis son exclusion par l’Assemblée générale.
Certains ont rallie le Synafoc (Syndicat national des footballeurs camerounais) et d’autres ont été abandonnes a eux-mêmes, subissant injustement le châtiment de la FECAFOOT. Cette dernière ne reconnaissant pas le Synafoc  ni aucune autre association, la place réservée aux footballeurs est restée vacante a la Fécafoot. De plus, suite aux hostilités engages de part et d’autre par ces associations, la Fécafoot n’est pas prête à les reconnaître.

Comptez-vous occuper la place réservée aux footballeurs dans le cadre des élections à la Fécafoot? 

 

Pour le Rfc, le discours est différent. Les statuts de la Fécafoot nous reconnaissent comme corps de métier et nous sommes censés collaborer avec elle, quel que soit son président.
Nous nous sommes donc ligués contre le groupe de footballeurs qui insultaient tout le monde au nom de tous les  footballeurs sans en avoir  mandat.
Que reprochez-vous aux autres associations ou regroupements de footballeurs? 

 

Des amateurs de la diffamation et de la division ont vite fait de crier au scandale en avouant que le Rfc avait égratigné certains  footballeurs émérites : Roger Milla et Joseph Antoine Bell. Qu’il soit redit avec insistance que ces deux footballeurs demeurent la fierté de notre football et  aucun  footballeur camerounais ne devrait oser les bafouer. Si tort leur a été fait, par ma voix je le retire. Le Rfc a besoin de tout le monde, mais chacun devra se fondre dans l’association et non le contraire. Nous souhaitons une unification  de toutes les tendances pour le bien de notre football.


Publié par Equipe rédaction pour Africa Top Sports

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports