Afrique El Hadji Diouf, international sénagalais : « Je n’ai pas signé en Guinée »

En vacances depuis quelques jours au Sénégal avec la fin de la ligue 2 anglaise, El Hadji Ousseynou Diouf, l’international sénégalais dans un entretien en marge de l’invitation du Président de la République qu’il accompagnait en banlieue pour une inauguration, est revenu sur un, certain nombre de questions dont soa pseudo signature en Guinée, sa carrière à Leeds et la sélection nationale sénégalaise. 

El Hadji , qu’en est-il réellement de cette signature d’un contrat avec l’As Kaloum de Guinée?

Rires. On en a tellement parlé. Les gens ont simplement confondu et sont allés trop vite en besogne. Mais j étais juste là pour voir ma famille et mes amis qui y sont. Je suis à Leeds. Je me sens très bien là bas. Et dans mon contrat, j ai encore une saison à honorer et après on verra. Donc que ce soit clair. Je n ai pas signé en Guinée , je le répète mais dans l’avenir, rien n’écarte que je joue dans un club en Afrique.

Mais Leeds avait en chantier la montée en Premier League. N’est ce pas une déception de rester en deuxième division?

Il est vrai que nous avions comme ambition de monter. On en avait bien les possibilités avec un entraineur sérieux et qui est très professionnel, en l’occurrence Neil Warnock. Mais on a raté une première phase et voilà on a fini dans les dix premiers  du championnat. Néanmoins, je tire un bilan satisfaisant, même si c’est dommage qu on ait pu louper les plays offs. On a un nouveau propriétaire et l’année prochaine, on visera d’emblée la montée et c’est bien possible. Au plan personnel, je fais partie des trois meilleurs joueurs du club cette saison, je suis le meilleur passeur …donc c’est bien.

Les Lions du Sénégal jouent les 8 et 15 juin contre respectivement l’Angola et le Liberia en matchs comptant pour la 5e journée des éliminatoires du mondial 2014. Quelle lecture vous en faites?

Ce sont deux matches qui peuventsembler faciles mais qui sont aussi difficiles. Cela dépend de la manière par laquelle ils seront abordés. Mais pour aller jouer au Liberia et en Angola, il faut être des hommes comme nous le disaient feu Bocnadé et notre ancien coach Bruno Metsu. Ils avaient l’habitude de dire que ce sont les joueurs qui jouent les matches, mais ce sont les hommes qui les gagnent. Donc qu ils se comportent en hommes et surtout pas en touristes dans ces pays.

Diouf, à quand la retraite?

Je pense encore pouvoir jouer pendant 3 à 4 saisons. Mais néanmoins, je suis entrain de passer mes diplômes d’entraineur….

 

Publié par Oumar DIARRA pour Africa Top Sports

OumarouATS