Sénégal Sénégal Natation : une piscine de 25 mètres pour 400 nageurs !

Depuis un peu moins de 6 mois dans toute la capitale sénégalaise ( Dakar) une seule piscine de 25 mètres est disponible pour plus de 400 nageurs. Une situation à la fois grave et compliquée pour la natation qui fait partie de celles qui ont valu plus médailles sur le continent au Sénégal. Quelques acteurs directement impliqués réagissent…

Mme Ly, SG fédé natation :  » Cela risque de tuer  la discipline »

 « Cela ne fait pas plaisir de constater que les nageurs végètent depuis quelques mois avec une seule piscine disponible dans tout Dakar, à savoir celle du camp militaire français de Bel Air qui ne mesure que 25 mètres. La piscine olympique qui était le principal lieu de préparation et qui répondait aux normes de compétitions internationales est en réfection continue. La piscine du centre Bceao qui elle aussi ne mesure que 25 mètres vient juste d’être ré-ouverte ce samedi. Mais il faut dire que cela n’est pas une bonne chose pour la discipline. Devant les défis qui nous attendent, ce manque de compétitions peut s’avérer grave. Cela peut tuer la discipline »  

Mansour Sarr, manager de la Bceao équipe championne du Sénégal :  » Pour les jeunes qui ont envie de venir, il faut des piscines adéquates »

 « Le manque d’infrastructures ne nous épargne pas. Si je dis nous, ce sont  les amoureux de la natation et les pratiquants. Alors que la piscine olympique était encore disponible, les difficultés étaient là. Les centaines de licenciés ne pouvaient pas bien s’épanouir. Maintenant pour le bien de la natation sénégalaise, nous souhaitons simplement que la piscine olympique soit rapidement ouverte et que d’autres piscines aussi suivent au grand bonheur de tous. »

 

Malick Fall, Directeur technique national ( Dtn) Natation :  » En ce moment, les conditions de travail ne sont pas bonnes »

« La natation sénégalaise ne mérite pas cette situation. En sport plus précisément la natation il faut avoir de la compétition et avoir surtout un quantum horaire normal afin de pouvoir rivaliser avec les meilleures au monde. Malgré tout nos jeunes se battent pour s’imposer en Afrique et dans la sous-région. Moi en tant qu’ancien nageur ayant participé à beaucoup de compétitions, je demande aux autorités d’aider la jeune génération à être mieux performante que nous. Mais actuellement les conditions liées au manque d’infrastructures , de piscines ne sont pas bonnes. »

Publié par Oumar DIARRA pour Africa Top Sports

OumarouATS