Afrique Coupe de France/Trémoulinas : « Le seul trophée qui me manquait en France »

Les Girondins de Bordeaux se sont offert la quatrième Coupe de France de leur histoire en venant à bout d’Evian-Thonon-Gaillard dans les derniers instants de la rencontre (3-2). Les Bordelais se qualifient pour la prochaine Ligue Europa et sauvent une saison mitigée. Cheick Diabaté, auteur d’un remarquable doublé (39e, 89e), a fait la différence dans cette finale alors que Yannick Sagbo (51e) et Brice Dja Djedje (70e) avaient entretenu l’espoir pour l’Evian TG. De son coté Benoit Trémoulinas a tenu son rang sur l’arrière gauche bordelais. C’est la première Coupe de France du Réunionnais. Avant de rejoindre l’équipe de France en Amérique du Sud, le défenseur bordelais se réjouit de la victoire des Bleues Marines dans les propos relayés par Sport24.
« C’est important pour l’équipe, pour le club, pour les supporteurs. C’est une grosse satisfaction. Car notre parcours en Coupe de France a été douloureux. On nous a beaucoup critiqués mais Bordeaux a montré qu’il était un bon club. Même si l’équipe a connu des hauts et des bas, cela reste une saison honorable avec cette victoire en Coupe de France, une qualification pour la Ligue Europa, une septième place en championnat et un 8e de finale européen. On avait un effectif peu étoffé et on a perdu deux joueurs importants (Gouffran et Jussié. Ndlr) au mercato d’hiver. »
« C’est mythique. C’était le seul trophée qui me manquait en France. La boucle est bouclée. Cela a été dur mais c’est un rêve qui se réalise. Je suis heureux de l’avoir partagé avec mes coéquipiers, les supporteurs et ma famille. Ce n’est pas rien de gagner la Coupe de France. A Bordeaux, les supporteurs nous faisaient sentir que cela faisait 26 ans que le club ne s’était plus imposé dans cette compétition. »
« On est passé par toutes les émotions jusqu’au soulagement sur le but victorieux de Diabaté. On a fait une très grosse première période et une bonne entame de seconde période. Après, on a connu un petit creux. On a eu un contrecoup des efforts fournis avant. On a su rebondir à la fin du match. Ce n’est pas un hasard dans la mesure où on l’avait déjà fait à plusieurs reprises lors des tours précédents. Cette équipe sait se serrer les coudes. »

 

Publié par Isidore AKOUETE pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com