Afrique Côte d’Ivoire : La Bagarre Gosso Gosso-Razack vue par les médias ivoiriens

Le triste spectacle offert par Jean-Jacques Gosso Gosso et Abdul Razack a été largement commenté par les portails ivoiriens.   « Deux « puncheurs » » qui « ont fait subir à Sidy Diallo (président de la FIF) et au football ivoirien une grande honte », ce mercredi lors de la séance d’entraînement relate Sport-ivoire.

Comme Sport-ivoire, News.educarrier titre sur cette bagarre, de ces

« « gladiateurs » immatures », déroulée devant le public et les autorités au stade Houphouët-Bougny « Honteux Eléphants !»

Le quotidien a recueilli les impressions de quelques témoins dont certains parlent, à la vue de cette lutte, d’un « mal profond régnant chez les Eléphants »« Cette fois, tout le monde a été témoins. Personne n’accusera donc les journalistes de déstabiliser l’équipe nationale, pour avoir révélé des cas d’indiscipline du vestiaire ivoirien.»

Un cas d’indiscipline qui a irrité les supporteurs qui « ont demandé qu’on sorte les deux joueurs », en accompagnant leur sortie  par des jets « des pierres sorties d’on ne sait où sur la pelouse » rapporte News.abidjan. Et de poursuivre qu’«il n’y a eu ni blessés ni dégâts matériels ».

« C’est dommage de voir ce genre de réactions. Mais, cela arrive dans toutes les équipes. Il y a souvent des tensions, même à l’entraînement, commente l’attaquant d’Arsenal, Gervinho, toujours chez News.educarrier. Cependant les joueurs doivent pouvoir se retenir ou se contrôler. Ce qui s’est passé n’est pas du tout à l’image de certains joueurs, ni de l’équipe ».

L’image de Bad Boys semble celle qui conviendrait aux joueurs si l’on se réfère à Rumeursdabijan, qui rappelle que  « Razak avait déjà subi une sanction financière alors qu’il s’était dénudé après la rencontre Côte d’Ivoire-Gambie, comptant pour la 3ème  journée des éliminatoires de la Coupe du Monde 2014. Quant à Gosso, son départ d’Orduspor serait imputable à une vive altercation avec Raul Hector Cuper, manager du club turc qui a viré le milieu ivoirien.»

« C’est un acte qu’il ne faut pas banaliser ou passer sous silence, confie un président de club sur news.educarrier (…) Ils doivent être sanctionnés ».

Sanction qui peut « aller jusqu’à leur suspension définitive de l’équipe nationale de Côte d’Ivoire » souligne Sport-ivoire.

 

Publié par Benoit DOSSEH pour Africa Top Sports

Benoit DOSSEH / ATS