Afrique Foot Afrique : Pourquoi tant de grincements de dents autour des primes? -Analyse !

argentLa question de primes non payées aux joueurs devient plus en plus récurente en Afrique. Après la sélection du Togo et aussi le Sénégal, les Nigérians, eux aussi, ont refusé de monter à bord de l’avion qui devait les amener au Brésil pour prendre part à la Coupe des Confédérations de football. La compétition a démarré le 15 juin dernier.

À l’issue du match nul (1-1) réalisé face à la Namibie, les Super Eagles ont réclamé leurs sous avant le départ pour le Brésil.

C’est la RD Congo qui avait ouvert le bal lors de la Coupe d’Afrique des Nations de football en Afrique du Sud. Les joueurs qui préparaient la compétition avaient réclamé leurs primes de stage et o menacé l’Etat de ne prendre part à la compétition.

Les Lions indomptables n’ont pas été épargné. Eto’o et ses coéquipiers étaient monté au créneau pour exiger leurs primes avant la phase finale de la Coupe du Monde en 2010 en Afrique du Sud.

Le football, entreprise de gros sous, l’improvisation de l’Etat

Le football est devenu depuis plus d’une décennie une affaire de gros sous, mieux une entreprise. Les joueurs perçoivent des montants faramineux après une victoire, soit en éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations ou lors des compétitions FIFA. Les équipes nationales qui dépendent de la trésorerie publique ne sont pas subventionnées par leur fédération respective. Les charges liées aux primes des joueurs deviennent lourdes pour les Etats qui cassent leur tirelire avant d’accompagner les joueurs.

Les primes non payées n’ont jamais été dans la ligne budgétaire des différents pouvoirs publics. Ceci dénote de l’improvisation et de l’inexistence de la mise en place d’un mécanisme capables de gérer les dépenses. Sans oublier aussi le détournement du denier public.

Relation entre Fifa et les associations de football

La Fédération internationale de football soutient les différentes associations qui sont liées à l’instance par des fonds du projet. Mais force est de constater que les fonds dédiés aux structures et à l’aménagement des joueurs ne suivent pas leur cursus normal. Les responsables en charge du sport confondent souvent la caisse de leur association à la leur.

Et on parle souvent de détournement et de la gestion opaque des fonds de la FIFA. Aussi l’argent que génère le football à l’intérieur du pays, comme des droits publicitaires, des billets d’accès au stade et autres n’est pas profitable au développement du football.

Du coup, le football tombe dans une cacophonie notoire provoquant des réclamations des joueurs par rapport aux primes.

 

 

 

Publié par Franck OROCOTI pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com