Afrique Yaya Toure : «Aider mon pays à travers autre chose que le football »

Yaya-Toure-AFCON2012Yaya Touré, le milieu de terrain de Manchester City a répondu aux questions des confrères de Sport ivoire après avoir prêté son image la Société de Développement des Forêts (Sodefor). L’international ivoirien a évoqué entre autres les raisons de son implication dans la lutte pour la sauvegarde de la flore ivoirienne, les dernières prestations des Eléphants de la Côte d’Ivoire et le départ de Mancini à la tête de Manchester City.

 

 

Yaya Touré, vous devenez l’icône de la Sodefor. Vous vous y connaissez en protection de la forêt ?

(Rire) Offrir mon image à la Sodefor (Société de développement des Forêts) c’est une manière pour moi de contribuer au développement de la flore mais aussi de permettre aux responsables de cette structure pour lutter contre les dangers qui guettent la forêt en Côte d’Ivoire. Si mon image peut contribuer à offrir les moyens à la Sodefor pour faciliter son travail, je serai très heureux. C’est également une manière d’aider mon pays à travers autre chose que le football.

Vous étiez plutôt en haut du tableau avec les Eléphants lors de leurs deux derniers sorties. Mais le jeu n’y est pas encore. Comment l’expliquez-vous ?

Pour nos deux derniers matchs, le plus important était de prendre les 6 points avant d’accueillir le Maroc. C’est vrai qu’il n’y a pas eu du grand spectacle, mais cela s’explique par l’état des pelouses en Afrique mais également parce que nous étions en fin de saison. Nous sommes tous des mordus du beau jeu, mais il faut savoir s’en passer quelque fois pour avancer.

Il y a du changement à la tête de Manchester City avec le départ de Mancini et l’arrivée de Pellegrini. Sous quel signe placez-vous la nouvelle saison ? Vous ne craignez pas le syndrome Pep Guardiola ?

Mancini est parti Pellegrini est arrivé nous sommes des professionnels et nous mettons la prochaine saison sous les mêmes signes. C’est-à-dire la gagner, la victoire et remporter le plus de trophées. Les objectifs seront toujours élevés pour un club comme Manchester City. Maintenant si vous voulez parler de la concurrence ou du choix du nouveau coach, je suis prêt. Dans tous les cas je suis habitué comme les autres joueurs au ballet du mercato. Il faut toujours travailler pour gagner sa place car rien n’est gagné d’avance pour personne. Ce sera un autre gros challenge et je m’y apprête.

Publié par Roger ADZAFO pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com