Afrique Australe Tour de France 2013 : Qui est Froome le Kenyan blanc ?

froomePlus qu’un destin, la victoire de Christopher Froome lors d’un tour de France avait été écrite quelque part ! Et quel tour, une 100ème édition. Pas comme Amstrong ou encore Contador, Froome a connu un parcours atypique avant d’atterrir sous le pied des Champs Elysées. Exceptionnel Froome ! On devait le sentir à ce niveau. Le britannique avait occupé la deuxième place lors de l’édition précédente.

« La première fois que j’ai réalisé que je pouvais gagner le Tour de France, c’était en 2011 lors du Tour d’Espagne [il finit 2e, ndlr]. Avant, j’avais des performances fluctuantes mais là, je me suis dit qu’un jour, je pourrais gagner un grand Tour », a-t-il expliqué, samedi 20 juillet, lors de sa conférence de presse.

Froome est un herpétologistefroome et les serpents

Et pourtant celui qui est le vainqueur du Tour de France a donné son premier coup de pédale en Afrique, au Kenya, où il est né. C’était le 20 mai 1985 dans une banlieue résidentielle de Nairobi. Né d’un père anglais, ancien travailleur dans l’organisation de safaris, sa maman est paysanne et physiothérapeute.

Froome a connu une enfance aisée dans un quartier chic de la capitale kényane, pas loin de la brousse sauvage. Froome aimait ce paysage qu’i parcourait la vallée du Rift avec le VTT que sa maman lui avait offert à l’âge de 5 ans.

Sur la piste, il rencontrait des animaux sauvages « Pour nous, rouler avec des éléphants, des lions, des hippopotames, ça faisait partie du truc », assure-t-il. Christopher, troisième garçon de ses parents apprivoisait les scorpions et des serpents.

Aussi Christopher Froome passe son temps à Kikuyu avec son premier coach David Kinjah, devenu entraîneur après avoir participé aux championnats du monde de Plouay en 2000. Il enseigne jusqu’alors les fondamentaux du cyclisme aux enfants.

Froome, ses débuts en Afrique du Sud

A 14 ans, Froome va connaitre l’Afrique du Sud par le biais de son père reconverti ambassadeur de congrès à Johannesburg. Même après le divorce de ses parents, Christopher avait suivi une éducation de qualité. Il a intégré dans un lycée privé, la St. Andrew’s School, avant de rejoindre, plus tard, la prestigieuse université St. Andrew’s School pour suivre des études d’économie.

le-mentor-de-christopher-froome-david-kinjah-a-droite-suit-a_1206540C’est justement cette année qu’il va découvrir sa vocation « Je devais avoir 17 ans, c’était la première fois que je voyais le Tour à la télé. C’était le duel Armstrong – Basso. J’ai trouvé ça magnifique », se souvient-il. C’est décidé, Christopher Froome veut aller courir en Europe.

Dans une petite académie, dirigée par Robbie Nielson, Froome va véritablement apprendre le cyclisme. Mais rentre dès qu’il peut dans son pays son pays pour saluer sa mère et voir aussi son entraîneur.

Alors âgé de 16 ans en 2006, il brisa sa frontière et décide de se frotter au niveau international en représentant le Kenya avec l’équipe du centre mondial du cyclisme. Il avait remporté une étape au cours de cette compétition.

La même, il avait appris par le biais de la fédération que la formation kenyane ne participait pas aux championnats du monde Espoirs. Un obstacle qui ne fait pas peur à Froome qui s’inscrit lui-même pour l’épreuve après avoir piraté la boîte mail du président de la fédération.

Froome devient professionnel

A 22 ans, Froome était devenu professionnel en signant un contrat chez Konica-Minolta, une équipe continentale qui lui permet de courir en Europe. Toute l’année, il avait consacré son temps pour la petite reine.  Il a été distingué par l’équipe Barlowold grâce à ses performances. Avec la formation sud-africaine, il entre dans le cercle du monde professionnel du vélo et découvre des grandes compétitions comme Liège-Bastogne-Liège, Paris-Roubaix ou la Flèche wallonne. En 2008, Froome sous la bannière du kenya avait participé au tour de France où il a été classé à la 82ème place. Deux mois plus tard, il prend la nationalité britannique.

Il va connaitre alors un tournant décisif en signant chez Sky en 2008. Revenu en Afrique du Sud, Froome tombe malade pour cause de la Bilharziose, une infection parasitaire qui s’attaque aux globules rouges et qui emporte plus de 280 000 personnes chaque année « Je ne pouvais enchaîner que quelques semaines d’entraînements, après je tombais malade, j’attrapais un rhume. Trouver la motivation devenait très difficile. »

A 5 mois de l’expiration de son contrat avec Sky, il avait été guéri complètement de cette maladie et avait même participé au tour d’Espagne. Il termina deuxième d’une Vuelta qu’il aurait gagné, si Sky n’avait pas privilégié Bradley Wiggins. Une performance qui va conforter sa formation de continuer avec lui notamment sur le tour.

Froome plus leader que Wigginsfroole et wiggins

Christopher s’est révélé  au grand public lors de la Grande Boucle, plus précisément à l’issue de l’étape de La Toussuire. Grimpeur et spécialiste des montagnes, il avait même battu Wiggins. Mais il respecte toujours les plans de sa formation et se trouve toujours derrière Wiggins. Froome attendait son heure ! Après avoir emporté le tour d’Oman, le Critérium international, le Tour de Romandie et le Critérium du Dauphiné, Froome se met en évidence en France en enlevant la 100ème édition du tour.

Au général, il a devancé le Colombien Nairo Quintana de 5 minutes et 03 secondes. C’est un autre record dans cette compétition puisque, jamais aucun coureur n’a pris ce temps pour devancer son poursuivant.

Froome écrit  ainsi de nouvelles pages du Tour de France

 

 

 

Publié par Franck OROCOTI pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com