Afrique du Sud Mondiaux de natation : Bilan mitigé pour les 14 Africains engagés sur le 50 mètres brasse

Cameron+van+der+BurghSur les quatorze nageurs africains au départ des séries du 50 mètres brasse ce mardi au Palau Sant Jordi de Barcelone, il n’y a pas eu de véritable surprise, avec les qualifications aisées des Sud-Africains Cameron Van Der Burgh, meilleur temps des séries en 26’’78, et Giulio Zorzi (27’’37). Loin derrière, des nageurs battus mais heureux qui, à défaut d’une qualification pour les demi-finales, retiendront une course aux côtés des meilleurs mondiaux.

Tous n’ont pas connu la même matinée dans le bassin de Barcelone. La première série met aux prises trois nageurs africains. Victoire assurée donc, dans ce qui apparaît clairement comme la série la plus lente. Dans un stade qui se garnit peu à peu, c’est le Guinéen Mohamed Cheick Camara qui l’emporte (34’’24), et nous a fait part de sa satisfaction en sortant du bassin : « C’est une immense joie. Je sens que je m’améliore. Ca fait vraiment du bien au moral. L’expérience de gagner une série ici, aux Championnats du monde, c’est quelque chose d’indescriptible. Il faut vraiment que les gens se rendent compte de nos conditions d’entrainement. Nous n’avons pas de piscine, moi je nage dans le fleuve. Je vous assure que si nous avions des piscines, nos résultats ne seraient pas les mêmes. J’ai de bons espoirs sur la suite, j’espère que dans les années à venir, je serai parmi les qualifiés ».

 

Fall : « J’étais déjà là en 2003»

 

Plus expérimenté, le Sénégalais Malick Fall (28’’15) se classe troisième d’une série plus relevée, avec le trente-sixième chrono de la matinée : « Je suis très content de m’approcher de mon meilleur temps, ça faisait longtemps que je n’avais pas aussi bien nagé, ça fait plaisir. Evidemment, c’est génial de nager ici, je l’avais déjà fait il y a dix ans lors des Mondiaux 2003, je m’en souviens bien. J’ai nagé beaucoup plus vite aujourd’hui, c’est rassurant, d’autant que j’étais malade hier. Mais finalement ça s’est bien passé. Je quitte ces Mondiaux sur une bonne note, après avoir complètement loupé le 100 mètres brasse, j’ai fait n’importe quoi. Mais ce matin, c’était l’inverse, j’ai fait ce qu’il fallait, malgré un départ compliqué, j’ai réussi à revenir, c’est mon point fort, et je vais m’appuyer dessus pour continuer à progresser ».

 

Dans la neuvième et dernière série, où figurait notamment l’Australien Christian Sprenger, vainqueur du 100 mètres brasse lundi, le Congolais Tshisungu Kalala a été disqualifié, mais garde un énorme souvenir de ce moment parmi les meilleurs nageurs sur la distance : « Franchement, c’est trop bien de nager ici, même si cette série était beaucoup trop difficile, il y avait tous les meilleurs. C’est un autre monde. Travailler une fois par jour pour un professionnel, c’est rien, mais pour nous, c’est déjà beaucoup. Le lundi, on est au Cercle Français, à la Maison de France, et du mardi au vendredi, on est à l’ASK, l’Amical Sportif Kinoise. Donc c’est vraiment différent. Mais je suis content car j’aurai encore l’occasion de nager sur le 50 mètres nage libre cette semaine.»

 

 

Van Der Burgh, Le Clos et Mellouli au rendez-vous

 

L’Afrique aura donc logiquement deux représentants en demi-finales ce mardi soir, avec de grosses chances de qualification pour la finale. Le recordman du monde Cameron Van Der Burgh, champion du monde sur la distance en 2009 et médaillé de bronze en 2011, est bien évidemment le grand favori pour le titre. Un statut confirmé par le meilleur temps des séries mardi matin en 26’’78, seule marque sous les 27 secondes lors de ces séries.

Une preuve de plus que les blessures (genou et épaule) qui ont entaché le début de préparation de VDB le laissent peu à peu tranquille. « Je me suis très bien senti, c’est dans ces moment là que je sens que tout le travail de rééducation qui a suivi mes blessures est en train de payer. Je n’ai pas eu mal, et j’ai su tenir le rythme. Sur 100 mètres, j’avais complètement lâché en seconde partie de course, c’est pour ça que j’adore nager le 50 mètres (rires). Maintenant je pense à la demi-finale, puis à la finale, car disons-le clairement, il n’y a que ça qui compte pour moi ».

Il sera accompagné en demi-finale par son compatriote Giulio Zorzi, qui peut prétendre à une place en finale mais aura du mal à se hisser sur le podium.

 

A noter également qu’un autre Sud-Africain, Chad Le Clos, a réalisé le deuxième temps des séries du 200 mètres papillon, derrière l’Américain Tyler Clary. Champion olympique à Londres à 20 ans en battant la légende Michael Phelps, Le Clos a lui aussi été perturbé par une blessure à l’épaule en début d’année mais se dit parfaitement rétabli. Il ne vise que l’or à Sant Jordi.

Enfin, un autre Africain était attendu mardi matin, Oussama Mellouli, qui vise sur 800 mètres nage libre une troisième médaille dans ces Mondiaux après deux breloques en eau libre (or sur 5km et bronze sur 10km). Cinquième temps des séries (7’50’’77) sans forcer, Mellouli aura pour principaux concurrents en finale mercredi soir l’Américain Connor Jaeger, le Chinois Yang Sun et le Canadien Ryan Cochrane.

 

 

Par notre envoyé spécial à Barcelone, Maël Seror

 

Publié par Equipe rédaction pour Africa Top Sports

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports