Afrique du Sud Mondiaux de natation : Les Sud-Africains au top, les gamines aussi !

ChadleClos-1Ils étaient très attendus et n’ont pas failli. Les champions olympiques sud-africains Cameron Van Der Burgh et Chad Le Clos ont dominé respectivement les demi-finales du 50 mètres brasse et du 200 mètres papillon.

Le premier a dynamité sa demi-finale dans un temps canon (26’’81). En guise de comparaison, le vainqueur de l’autre demie, le Slovène Damir Dugonjic, signe avec le deuxième temps au total un nouveau record d’Europe en 26’’81. Van Der Burgh est donc plus que jamais favori pour la finale de mercredi soir, avec, en ligne de mire, son propre record du monde (26’’67), établi à Londres l’été dernier. Il sera accompagné en finale de son compatriote Giulio Zorzi, qualifié en huitième et dernière position pour quatre petits centièmes (27’44) !

 

phelps_natation432Egalement favori des demi-finales, Chad Le Clos a appuyé sur l’accélérateur sur 200 mètres papillon. En 1’55’’33, le record de Michael Phelps (1’51’’51) reste a priori inaccessible, mais le message envoyé à l’Américain Tyler Clary, son principal rival pour le titre, est très clair. Il faudra également se méfier en finale du Chinois Peng Wu et du Polonais Pavel Korzeniowski.

 

Ces fillettes qui battent des records du monde

 

Il y avait beaucoup d’autres moments à retenir de cette troisième journée des Mondiaux de natation. Le titre de Yannick Agnel, largement dominateur du 200 mètres nage libre (pas de médaille pour Ryan Lochte, 4ème), ou les déceptions des Français Jérémy Stravius (3ème) et Camille Lacourt (5ème) qui visaient le doublé sur 100 mètres dos, deux ans après avoir partagé l’or à Shanghai.

 

ap_missy_franklin_jef_120731_wgMais les véritables sensations sont venues de l’école primaire, ou presque, à en faire oublier le titre de la « vieille » Missy Franklin (18 ans !) sur 100 mètres dos (58’’42). En moins de 24 heures, deux records du monde ont été battus par deux gamines de 16 ans, Katie Ledecky et Ruta Meilutyte, nées à 2 jours d’intervalle (respectivement les 17 et 19 mars 1997 !).

 

La première, championne olympique du 800 mètres à Londres, a éclaboussé de son talent la finale du 1500 mètres. Longtemps à la lutte avec la Norvégienne Lotte Friis, la jeune Américaine a su mettre les voiles au bon moment pour pulvériser (15’36’’53) l’ancien record du monde (15’42’’54), propriété de sa compatriote Kate Ziegler depuis 2007, et donc jamais battu depuis l’ère des combinaisons en polyuréthane.  « Je savais que l’on était sur de très bonnes bases, et que ça nageait vraiment vite. Je me doutais que celle qui sortirait vainqueur de notre duel battrait probablement le record du monde. Je devais vraiment être à mon maximum pour lui passer devant, et pour battre le record. Un record du monde, ça se joue à rien. Je ne pensais qu’à toucher le mur en premier. Et sur les 200 derniers mètres, j’ai compris que je pouvais accélérer et la lâcher définitivement ».

De quoi faire réfléchir le CIO, qui n’a toujours pas intégré le 1500 mètres féminin au programme olympique…

La seconde « baby-star » du jour n’avait pas attendu sa finale pour abaisser la marque de référence sur sa spécialité. Dès les demi-finales du 100 mètres brasse lundi soir, Ruta Meilutyte avait créé l’exploit en bouclant son aller-retour en 1’04’’35, soit un dixième de mieux que le temps réalisé à domicile en 2009 par l’Américaine Jessica Hardy, médaillée de bronze ce mardi. Du coup, la nouvelle coqueluche du Palau Sant Jordi a démultiplié l’exigence du public, qui attendait un nouveau record en finale. Pour sept centièmes, les néo-supporters lituaniens n’auront pas droit à ce nouveau record, Meilutyte se « contentant » de l’or en 1’34’’42.

Les fans de la Lituanienne de 16 ans auront néanmoins une autre occasion de voir tomber un record. En épilogue de ces Mondiaux dimanche, Ruta Meilutyte devrait être présente en finale du 50 mètres brasse, mais Jessica Hardy, encore elle, aura une revanche à prendre, elle qui détient toujours le record du monde de la spécialité. Pour combien de temps ?

Publié par Equipe rédaction pour Africa Top Sports

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports