Afrique Australe Basketball: A quand le Michael Jordan Africain?

BWBAbidjan et Johannesburg ont été les capitales africaines du basketball au cours de ces dernières semaines.
Pendant que l’Angola remportait l’Afrobasket, les plus jeunes (15-17ans) tentaient de montrer leur talent aux différents entraîneurs et scouts venus des meilleures franchises de la NBA.
La fin d’un cycle pour les Ivoiriens?
La Cote d’ivoire, pays hôte de l’Afrobasket a perdu vendredi soir en demi finales de la compétition contre l’Angola, futur champion. Durant plus d’une mi temps tout le pays a cru à l’exploit, mais la réalité les a rattrapé. L’Angola est une terre de basketball et possède un vivier de talents. Le manque de fraîcheur et surtout l’absence de profondeur de banc ont fait défaut aux ivoiriens. La plupart des joueurs étant agés de plus 32-33 ans, c’est toute une génération qui va laisser sa place. Ils n’ont d’ailleurs pas trouver les ressources pour aller chercher la 3e place qualificative pour le prochain championnat du Monde de basketball qui aura lieu en Espagne en 2014.
olajuwonLa relève?
Ludovic M’Bahia Blé, un ancien international des équipes jeunes de Côte d’Ivoire avec qui nous avons assisté au match contre l’Angola, a vibré avec ses amis, ses anciens coéquipiers et son peuple. Sa crainte est que cette compétition marque la fin d’un cycle. Il ne voit aucune relève arriver. Au delà du basketball ivoirien, c’est l’éclosion tardive des africains en NBA que déplore le plus ce fan de sport et de l’Afrique.
Ludovic fait partie de cette génération d’africains qui ont grandi avec les exploits de Tracy Mc Grady et Allen Iverson qui viennent tous deux de prendre leur retraite.
A quand notre superstar?
Verrons nous l’équivalent d’un Samuel Eto’o ou d’un Didier Drogba en NBA? Toute l’Afrique espère voir un africain exploser au sein de la ligue nord américaine à l’instar de Dikembe Mutombo ou d’Hakeem Olajuwon.
Luol Deng, Serge Ibaka et Luc Mbah a Moute sont de bons joueurs mais quelque chose les séparent de leurs glorieux ainés. A l’instar de Kyrie Irving qui attire tous les regards durant la Basketball Without Borders, l’Afrique a besoin d’un joueur comme le meneur des Cavs qui puisse porter son équipe et crever l’écran.
Supersport le sauveur?SS corporate logo
L’absence de médiatisation de la NBA en Afrique a également nuit à la discipline. Il fut une époque où les réveils étaient réglés sur 2h du matin afin de suivre les exploits des joueurs NBA sur Canal+. Avec la flambée des droits des programmes sportifs et la crise, la NBA a petit à petit disparu des écrans africains.
Le partenariat noué entre Supersport et la NBA cette semaine va certainement marqué un tournant dans le développement de la NBA en Afrique. Avec 3 matchs en direct par semaine, en plus des rediffusions et des différents magazines sportifs le basketball devrait retrouver une place dans le cœur de ses fans.
Publié par Steven LAVON pour Africa Top Sports

Rédacteur en chef à Africa Top Sports. Premier portail sportif Africain. http://www.africatopsports.com