Yannick Noah et « sa nounou »: les prud’hommes se prononceront en juin 2014 !

yannicknoah

Comme Africa Top Sports.com l’a rapporté dès hier, Rabra Bendjebbour, l’ex nounou du dernier fils du tennisman, accuse la mère de l’enfant de l’avoir sous-payée et licenciée abusivement. Une audience de conciliation avait lieu hier mardi au tribunal des prud’hommes de Bobigny. Les faits remonteraient à juin 2004.

L’avocat du couple a confié : « Il s’agit d’une femme qui a travaillé quelques mois pour elle, il y a neuf ans ! Pourquoi venir réclamer des heures supplémentaires après toutes ces années ? »

Rabra Bendjebbour n’a pas caché sa déception. « Je suis dégoûtée ! Dès que les magistrats ont entendu le nom de Yannick Noah, ils se sont mis à rire, à faire des courbettes. Si même eux sont dupes, où va le monde ? ».

Une audience de jugement au tribunal des Prud’hommes de Bobigny est prévue pour le 5 juin 2014. Rabra envisagerait déjà de poursuivre le couple au pénal si elle n’obtenait pas réparation.

Cette dernière témoignait hier sur le site du Figaro : « Elle ne prenait son fils dans ses bras que pour sortir dehors, devant les gens (…) Yannick venait embrasser son fils une seule fois par jour, le soir, avant de le laisser dormir dans ma chambre et de me laisser s’occuper de lui comme si j’étais sa mère. Je les ai suivis pendant trois mois, en tournée, puis en vacances, et je me suis occupée de Joalukas nuit et jour, du lundi au dimanche, pour 950 euros par mois.»

Rabra Bendjebbour qui faisait quelques heures de ménage chez le directeur artistique des Enfoirés, accepte de travailler pour le couple Noah-Camus qui cherche une nounou. «Je suis arrivée chez eux dès la naissance du bébé, et dès lors je me suis retrouvée prise dans un tourbillon (…) J’expliquais juste à Isabelle Camus que je n’étais plus prête à travailler jour et nui t! Elle m’a dit ‘dans ce cas là, dégage’.»

A la question pourquoi,Rabra Bendjebbour explique :  «Ma soeur a ouvert un restaurant, et j’en ai parlé à son comptable, qui m’a dit que j’avais été gravement sous-payée.»

A suivre donc en juin prochain…

Nicolas Coutain

Nicolas / ATS