Asie CDM 2022: « pas d’esclavagisme ou de travail forcé au Qatar », selon les autorités

QATAR_Le Journal Guardian, à travers une récente enquête, accusait le Qatar d’esclavagisme sur les chantiers des stades en construction dans ce pays en vue de la Coup du monde 2022. Les autorités qataries ont mis du temps à réagir, mais leur réponse est tombée lundi soir. Et c’est le président du comité national des droits de l’Homme du pays qui est monté au créneau pour  réfuter ces informations au cours d’une rencontre avec la presse.

« Il n’y a pas d’esclavagisme ou de travail forcé au Qatar. Les informations du Guardian sont fausses et les chiffres qu’il a cités sont exagérés », a laissé entendre Ali Al-Marri.

D’après le journal The Guardian, 44 travailleurs népalais travaillant au Qatar seraient déjà morts entre le 4 juin et le 8 août.

« Les Népalais, qui représentent environ 40% des travailleurs migrants dans l’émirat, sont victimes d’exploitation et d’abus qui s’apparentent à de l’esclavage moderne. Des travailleurs qui ne sont pas payés depuis des mois, dont le passeport a été confisqué pour les empêcher de partir, qui se voient renier un accès à de l’eau gratuite malgré la chaleur et sont entassés par 12 dans des chambres d’hôtel pouilleuses (…)  100.000 Népalais sont arrivés l’an dernier au Qatar et l’émirat pourrait recruter jusqu’à 1,5 million de travailleurs étrangers supplémentaires pour construire les stades, routes, hôtels et autres infrastructures requises pour la Coupe du monde 2022. », peut-on lire dans l’enquête rendue public par le tabloïd anglais.

D’autres études faites par la Confédération internationale syndicale à base des informations recueillies auprès des ambassades ont révélé que 5.000 ouvriers, toutes nationalités confondues, trouveront la mort au Qatar avant la coupe du monde 2022.

Publié par Rodolph TOMEGAH pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com