Angola Basket : Carlos Morais premier Angolais aux Toronto Raptors

Morais, 27 ans, le meilleur  joueur lors du tournoi de l’Afrobasket de cet été a posé ses bagages chez les Toronto Raptors.

MoraisSur les 13 dernières années, l’Angola a marqué le basketball africain. Avec ses 11 titres, le pays a réussi à s’imposer et à se faire remarquer aux côtés des nations longtemps considérées comme dépositaires du basketball. Alors, ce serait vraiment regrettable que des joueurs de la trempe de Carlos Morais ne gravent leur nom que sur les avenues de Luanda.

Evidemment, l’Angola possède beaucoup de joueurs exceptionnels sauf que le succès ainsi que la popularité de ceux-ci seraient mis à mal s’ils devaient évoluer sur le seul territoire national. Voici ce qu’a dit à ce sujet le Directeur Général des Raptors et icône du basketball nigérian, Masai Ujiri : « Il est bien payé là-bas, ce qui veut dire que c’est une bonne  ligue, et donc les garçons aspirent à jouer là-bas ». « C’est comme au lieu de venir jouer en école secondaire (en Amérique du nord), je préférerais rester là-bas pour jouer en ligue et gagner  un peu d’argent. Je pense que c’est comme cela qu’ils voient les choses là-bas », a-t-il ajouté.

L’héritier d’Olajuwon ?

Cependant, il faut toujours quelqu’un pour commencer, un précurseur. Quelqu’un pour  donner à l’Angola ce que  Hakeem Olajuwon a offert au basketball nigérian.

Et Carlos Morais a bien voulu prendre cette responsabilité. « Tous les yeux sont présentement sur moi, tout le monde attend de moi », dit-il avant d’ajouter : « Cela fait une grande responsabilité, j’essaie juste de poser un pas dans la vie pour voir ce que ça va donner ».

En fait, si Carlos Morais cherche seulement maintenant à évoluer dans le championnat américain, on pourrait même tenter de dire que c’est trop tard. Il en a lui-même bien conscience. « J’ai 27 ans, et beaucoup de gens pensent que j’aurai dû être là-bas plus tôt. Je ne dis pas que  je devrais être en train de jouer pour une équipe du NBA mais j’aurais déjà dû essayer quelque chose ailleurs, quand j’étais plus jeune parce que je joue  à ce niveau depuis très longtemps », poursuit l’Angolais. Il ajoute : « Je pense que c’est parce que nous n’avons pas de bons agents, nous n’essayons pas de  différents types  de basket-ball. Je pense que c’est l’une des raisons».moraisraptors

Gagner autant qu’avec les Palancas Negras !

Morais, le spécialiste des  6-4, qui fêtera ses 28 ans ce mois-ci, est un fer de lance pour l’équipe angolaise.  Une fois NBA, il devra contenir les velléités concurrentielles de deux joueurs – Julyan Pierre et Chris Wright – qui  connaissent parfaitement  le NBA avec un chapelet d’expériences.

« Cela signifie beaucoup. Cela toujours  a été mon rêve depuis que je suis jeune », a-t-il dit. Il conclut : «Mon pays m’a soutenu tout ce temps. Si je réussis,  alors je serai le premier, le premier joueur angolais en  NBA. Et pour moi, cela signifie beaucoup ».

Carlos Morais est l’un des joueurs de basket angolais les plus talentueux de la nouvelle génération. Il a commencé à jouer au basket dans les rues à l’âge de 12 ans. Puis à l’âge de 16 ans il joue dans l’équipe junior de l’Atl. Petróleos Luanda et deux ans plus tard, à 18 ans, il signe son premier contrat pro avec son club de formation. Il entre en équipe nationale à l’âge de 20 ans. Depuis le 21 septembre 2013, le MVP de l’Eurobasket 2013 a signé un contrat avec les Toronto Raptors . Il quitte donc l’Atletico Petroleos de Luanda et sera le seul Angolais à évoluer en NBA.

Publié par Equipe rédaction pour Africa Top Sports

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports

Un commentaire

  1. Pingback: Guinee Basket La NBA en Afrique sub-saharienne ? | Guinee Basket

Comments are closed.