Afrique Cameroun : pressions, supplications, politique; les dessous du retour d’Eto’o en sélection !

La sélection du Cameroun affronte la Tunisie cet après-midi à Radès dans le cadre du match aller des barrages de la zone Afrique de la Coupe du monde 2014. Une rencontre que les Camerounais attendent avec beaucoup d’impatience, surtout après le retour en sélection du buteur maison et star de l’équipe, Samuel Eto’o. Un retour qui a réjouit plus d’un de ses compatriotes.

ETO'O artL’attaquant de Chelsea aurait pu ne pas jouer cette rencontre. En effet, le 8 septembre dernier, tout juste après la qualification des Lions pour les barrages de la Coupe du monde 2014, Samuel Eto’o a pris la décision de prendre sa retraite internationale. Un véritable coup de tonnerre quand on sait l’importance de sa présence dans le jeu des Lions indomptables qui, d’ailleurs, ne sont plus ce qu’ils étaient. Une absence d’Eto’o pèserait énormément sur l’équipe.

Dès lors, il fallait réagir pour pousser le joueur de 32 ans à revenir sur sa décision. Ce qui a été fait. Il est là et il jouera cet après-midi. Mais après combien de sollicitation ?

Pressions et supplication des composantes de la société camerounaise

Samuel Eto’o n’a pas eu les oreilles tranquilles depuis sa décision de laisser l’équipe  nationale. Les pressions se sont encore plus accentuées à l’approche du match fatidique contre la Tunisie. Des pressions venant aussi bien du public que d’autres composantes de la société camerounaise.

Il y a quelques semaines, le Syndicat national des footballeurs camerounais montait au créneau pour supplier l’attaquant des Lions indomptables de revenir en sélection. Après les footballeurs camerounais, ce fut au tour des dignitaires Bassa, village d’origine du quadruple Ballon d’or africain, de lui envoyer une lettre pour lui demander, avec insistance et supplication, de revenir qualifier le Cameroun pour le Mondial.

 « C’est avec amertume que nous : tes parents, tes grands parents, patriarches et dignitaires du peuple Bassa – Mpo’o – Bati du Cameroun, avons appris votre triste décision de quitter l’équipe nationale pour des raisons qui vous sont propres », peut-on lire dans la correspondance de ces dignitaires qui n’ont pas manqué de lui rappeler ses nombreuses contributions tant sur le plan sportif que social.

Appel des anciens joueurs et du staff des LionsMILLA

Si Eto’o est revenu, c’est aussi grâce à certaines anciennes gloires du foot camerounais dont Roger Milla. Celui-ci aurait énormément pesé dans la balance. D’ailleurs, il n’avait pas hésité à dire tout haut que la sélection a besoin du joueur. « Si on me le demande, je le ferai gratuitement d’ailleurs. S’il faut aller chercher Eto’o, je le ferai », disait-il sur Camfoot.

Abdouraman Hamadou, un ancien dirigeant de la Fédération camerounaise de football, lui a aussi fait appel pour rejoindre la tanière, estimant que sans Samuel Eto’o, la sélection camerounaise serait amputé d’au moins 50% de sa capacité.

Mais bien avant, Volker Finke, sans demander l’avis d’Eto’o, l’a retenu parmi les joueurs appelés à affronter la Tunisie. Selon Martin Ndtoungou Mpilé, l’entraîneur-adjoint des Lions, le buteur camerounais n’a pas officiellement signalé son départ et reste sélectionnable. Il n’y a donc pas de raison de ne pas le convoquer. Autant de pressions auxquelles l’ancien attaquant d’Anzhi a fini par céder.

Et les politiques entrent dans la danse

BIYALa politique s’est toujours mêlée du football au Cameroun. Cela s’est encore une fois confirmé avec le feuilleton Samuel Eto’o. Selon une source non nommée par le quotidien sportif français l’Equipe, le président de la République camerounaise, Paul Biya, aurait rencontré l’attaquant des Blues afin de le convaincre de retourner en sélection. Une hypothèse à prendre en considération, puisqu’il y a un an, les politiques se sont déjà impliqués pour convaincre la super star camerounaise de poursuivre l’aventure avec les Lions, alors qu’il affichait ses premières réticences à poursuivre en sélection.

Une chose est sûre. Eto’o a rencontré la fois dernière le Secrétaire général de la présidence camerounaise avant de rejoindre ses coéquipiers. Le message de Paul Biya est sûrement passé par là.

Les pressions ont donc été nombreuses. Les supplications aussi. Et tant qu’il en sera ainsi, il sera difficile au quadruple ballon d’or africain d’en finir avec les Lions indomptables avant d’arrêter complètement sa carrière dans le football.

Publié par Rodolph TOMEGAH pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com