Afrique Mondial 2014: Stephen Keshi, star d’un Nigéria qui grandit !

Il est bien difficile de nommer une star dans cette équipe du Nigéria. Et pourtant, les noms vous disent quelque chose dès qu’ils sont prononcés. La raison, la véritable star, c’est le sélectionneur. Stephen Keshi, celui qui a redonné un trophée continental aux Super Eagles.

keshiObi Mikel (Chelsea), Victor Moses (Liverpool), Shola Ameobi (Newcastle), Emmanuel Emenike (Fenerbahce), etc. Bien de techniciens seraient envieux de cet assemblage de stars et donneraient volontiers les clés de leur équipe. Mais au pays des Super Eagles, nul n’est au dessus du sélectionneur. Stephen Keshi a su instaurer une certaine autorité sur son équipe. Au point de faire des mécontents.

Il a déjà connu du succès ailleurs !

A leur tête l’emblématique capitaine, Jospeh Yobo. Le défenseur de Fenerbahce n’est plus en odeur de sainteté auprès de son entraîneur et malgré ses sorties médiatiques, Keshi est resté dans sa logique. Ce n’est pas le genre d’entraîneurs à le laisser impressionner par ces joueurs. Le palmarès il en a, du succès, il en a connu. Du coup, il n’hésite pas à brandir son CV impressionnant quand il faut tenir un discours à ses hommes.

Avant de prendre en charge le Nigéria, Keshi a débuté par le Togo, petit pays d’Afrique de l’Ouest qui n’avait rien connu de si passionnant jusque-là. mais avec son passé de grand footballeur, il a tout changé. Avec seulement un joueur qui évoluait à l’extérieur du pays (Emmanuel Adebayor à Monaco, Olufade en Belgique), Keshi qualifie les Eperviers pour le Mondial 2006: une première. D’ailleurs le Togo et lui c’est une histoire d’amour. Il est repassé par deux fois après (fév.2007-mars 2007, mars 2011).

Deuxième Africain à remporter le trophée continental en tant que joueur et entraîneur, après l’Egyptien Mahmoud El Gohary, Keshi a apporté un souffle nouveau aux Super Eagles. Il n’hésite pas à aligner des joueurs issus du championnat local. D’ailleurs, près d’une dizaine font toujours partie de sa sélection. Encore contre l’avis de plusieurs observateurs.

Il n’est pas d’accord, il claque la porte !

Seule fausse note jusque-là, une désillusion lorsqu’il prend les rênes du Mali en avril 2008. Après des résultats décevants à la CAN en Angola, Keshi est limogé par la fédération malienne début 2010. Une année sabbatique aux Etats-Unis où vit sa famille puis le revoilà au devant de la scène. La petite pige au Togo en mars 2011 puis cap sur son pays. C’est comme s’il était fait pour être sélectionneur du Nigéria.

Keshi est un personnage particulier. Il a souvent été confronté à ses dirigeants mais pas le temps de gamberger. l’ancien joueur de Strasbourg est prêt à abandonner le navire. même sur un succès. Rappelez-vous, en janvier dernier. Le Nigéria remporte la CAN et le lendemain, Keshi annonce sa démission. En cause, ses désaccords avec le président de la fédération. Fin stratège, il a choisi son heure pour faire cette sortie. Tout rentrera dans l’ordre avec l’implication des politiques.

Pas non plus du genre à avoir sa langue dans sa poche, il a frôlé une sanction disciplinaire de la FIFA en août dernier en tenant des propos très déplacés sur l’entraineur belge du Malawi. Stephen Keshi désormais a dans sa ligne de mire le Mondial. Et rien ne pourra l’empêcher. pas même de valeureux éthiopiens qu’il affronte ce dimanche à Addis-Abeba. Cette équipe lui a déjà donné du fil à retordre en janvier à la CAN. Mais pas plus.

Publié par Steven LAVON pour Africa Top Sports

Rédacteur en chef à Africa Top Sports. Premier portail sportif Africain. http://www.africatopsports.com