Asie Dopage: la Jamaïque et Usain Bolt de nouveau sur la selette

BOLT artLes performances d’Usain Bolt résulteraient-elles du dopage ? En tout cas, cette hypothèse n’est plus à exclure surtout après les révélations de Renee Anne Shirley, ancien patron de l’Agence antidopage de la Jamaïque.

Dans un entretien avec le Daily Telegraph, Shirley a révélé que l’Agence antidopage jamaïcaine n’a jamais effectué un contrôle sanguin aux athlètes locaux. Or, ce contrôle est destiné à retrouver de l’hormone de croissance, une substance interdite mais très souvent utilisée par les sprinteurs.

Le même Renee Anne Shirley avait déjà, en début de semaine, affirmé que l’Agence jamaïcaine n’avait mené qu’un seul contrôle urinaire hors compétition au cours des cinq mois précédant les Jeux Olympiques de Londres de 2012.

De toutes les manières, l’agence mondiale antidopage entend faire plus attention. Elle a prévu de se rendre à Kingston début 2014 pour effectuer un audit complet, menaçant d’interdire aux athlètes jamaïquains de participer aux Jeux de Rio.

L’athlétisme jamaïcain a été secoué ces derniers moments par des affaires de dopage. Avant les derniers mondiaux de Moscou, cinq athlètes, dont deux médaillés olympiques du sprint, ont été contrôlés positifs à une substance interdite lors des sélections qui se sont déroulées du 20 au 23 juin dernier. Tout ceci avait poussé l’Agence Mondiale de contrôle antidopage à effectuer un contrôle stricte de toute l’équipe de la Jamaïque. Avant le coup d’envoi de la compétition, les 44 athlètes formant cette équipe ont tous été testés, Usain Bolt compris.

Publié par Rodolph TOMEGAH pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com