Afrique Plus de places à l’Afrique et à l’Asie en Coupe du monde: que cachent ces déclarations de Blatter et Platini ?

BlatterLe weekend dernier, Sepp Blatter, l’actuel président de la Fifa, a laissé entendre qu’il veut plus de places pour l’Afrique et l’Asie en coupe du monde. A son tour, Michel Platini, président de l’Uefa, est revenu sur le sujet  en suggérant que le nombre d’équipes passe désormais de 32 à 40. Simple volonté de réparation de ce qu’on peut considérer comme une injustice commise jusqu’ici à l’endroit de ces continents ? Ou est-ce un début de  campagne pour les élections à la Fifa en 2015 ?

Le coup de gueule de Blatter

La semaine dernière, Sepp Blatter, le président de la Fifa,  jette le pavé dans la mare. Dans les colonnes de Fifa Weekly, le nouveau magazine de l’institution, il déclare : « La Confédération Africaine de Football rassemble en tout 54 associations membres. Elle ne compte pourtant que cinq représentants en Coupe du Monde, ce qui me semble très peu. Tant que la situation n’évoluera pas, les sélections africaines ne remporteront peut-être jamais un titre intercontinental. Il faut se contenter de progrès sportifs ici ou là. Nous devons mettre un terme à cette situation, car l’égalité des chances doit être la priorité de tous les acteurs du sport de haut niveau».

Des propos qui sonnent à la fois comme une repentance et surtout une volonté de réparer une injustice. De quoi ravir tout un continent. Monsieur Fifa va même plus loin en considérant qu’il est « injuste » de continuer à prioriser l’Europe et l’Amérique du Sud en Coupe du monde. Pour lui, l’Afrique et l’Asie sont plus représentatives et méritent donc plus de places. « J’espère que nous tiendrons compte de la mondialisation et que les fédérations africaines et asiatiques occuperont la place qu’elles méritent en Coupe du Monde. Il est impossible que l’Amérique du Sud et l’Europe continuent à se tailler la part du lion dans l’épreuve reine comme à l’heure actuelle (avec 18 ou 19 équipes), alors que ces deux confédérations représentent moins d’associations membres (63) que l’Afrique et l’Asie (100)», avait ajouté M. Blatter.

Un amour désintéressé ?

Alors qu’il avait annoncé son départ après sa réélection en 2011,  Sepp Blatter a clairement dévoilé ses réelles intentions à la tête de la Fifa, même si certains estiment qu’il a été plutôt flou dans ses déclarations. Vendredi dernier, il a indiqué lors du congrès de la Confédération asiatique qu’il pourrait se représenter lors des prochaines élections à la tête de la FIFA prévues en 2015. Pour faire avaler la pilule, Blatter a joué sur les mots. « Ce sera le dernier mandat, pas le dernier mandat en poste mais le dernier mandat de la réforme », a-t-il déclaré.

En clair, Blatter compte bien succéder à Blatter . Il faut donc commencer à chercher des voix. Celles de l’Afrique et de l’Asie sont très déterminantes.

Blatter-Hayatou : un partenariat gagnant-gagnant

Le football étant devenu une affaire de gros sous, sa gestion rime avec business, marchandage, clientélisme, corruption et favoritisme. C’est un partenariat gagnant-gagnant.Hayatou

En Afrique, Sepp Blatter peut compter sur les services de son ami Issa Hayatou (un président de plus en plus contesté sur le continent) qui en retour a aussi besoin du Suisse pour espérer garder les câbles de la CAF qu’il dirige depuis bientôt 30 ans et qu’il n’est prêt à lâcher. Pour cela, le discours de Blatter doit changer, le langage doit être tendre envers l’Afrique. Parce que si Blatter passe, Hayatou est sûr de l’emporter aussi à la Caf. Donc, le Suisse doit trouver des formules adoucissantes pour séduire l’électorat du continent.

Blatter face au spectre Mohamed Bin Hammam en Asie

HammamL’Asie n’est pas non plus un candidat négligeable pour la réélection de Blatter à la tête de la Fifa. La voix de l’Asie compte. Mais il y a un hic : le spectre Mohamed Bin Hammam du nom de l’ancien président de la Confédération Asiatique de Football suspendu à vie par Sepp Blatter et son institution. Accusé de corruption, Bin Hammam a été banni à vie en 2011 de toute activité liée au sport. Bin Hammam, un richissime homme d’affaires qatari, a été donc écarté de la course à la présidence de la Fifa en 2011 au grand bonheur de son ex-ami suisse en poste depuis 1998.

Blatter réussira-t-il à conjurer le syndrome Hammam avant 2015 ? L’attribution de l’organisation de la Coupe du monde 2022 au Qatar ainsi que les derniers discours de Blatter en faveur d’une meilleure représentativité de l’Asie en Coupe du monde constituent des pièces à conviction que le Suisse prépare déjà les élections de 2015.

Michel Platini, l’autre séducteur

Le principal challenger de Sepp Blatter, si ce dernier se présente aux élections de 2015, sera sans nul doute Michel Platini. En témoignent ces piques indirectement lancées au patron du foot européen par l’actuel président de l’Uefa : « Sur 32 équipes, vous en avez 13 qui viennent d’un seul continent. Nous devons étudier ça et faire en sorte qu’il y ait un meilleur équilibre. » Une façon de se faire bien voir auprès du président de l’AFC (Confédération Asiatique de Football),  Cheick Salman, qui a déclaré qu’il serait reconnaissant et lui rendrait la monnaie de sa pièce le moment venu, « s’il se déclare, bien sûr ».

Sepp Blatter et Michel Platini veulent rectifier une injustice que l’Afrique et l’Asie ont longtemps subie en matière de compétitions mondiales en l’occurrence la Coupe du monde de football considérée à tort comme une affaire exclusive des grandes nations de football européennes et sud-américaines. Les fils et filles des deux continents les en remercient infiniment. Seulement, que cette volonté de rétablir la justice intervienne à quelques mois des élections à la Fifa convoitée par les deux hommes, cela donne à réfléchir.

La Fontaine avait-il tort lorsqu’il disait que « tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute. »?

 

 

 

Publié par Equipe rédaction pour Africa Top Sports

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports

2 Commentaires

  1. Platoche54

    j’attends avec impatience de voir des rencontres entre le Rwanda et Bouthan ou le Mozambique opposé aux Philippines.
    Ca va nous changer des Argentine – Angleterre et autres Brésil – Allemagne !

  2. Platoche:
    Je trouve cela absolument injuste. Car le principe d’une Coupe du Monde est justement… de représenter les 5 continents. Ensuite, pourquoi se prendre la tête avec 32 divisé par quarante douze multiplié par le coefficient FIFA plus l’âge du capitaine ?
    Soyons simples:
    -32 équipes. 4 continents (Afrique, Amériques, Asie-Océanie, Europe). Soit 8 places par continent.
    Ainsi on ne se prendrait plus la tête avec les chapeaux et un quota d’équipes du même continent par groupe. Il y’aurait donc:
    Quatre chapeaux de huit équipes.
    -Un chapeau Africain
    -Un chapeau des Amériques
    -Un chapeau Asiatique-Océanien
    -Un chapeau Européen.

    Dans chaque groupe il y’aurait donc une équipe de chaque continent. Ce serait déjà plus simple à mettre en place et beaucoup plus justes pour les continents hors-Europe et Amérique du Sud.

    J’entends déja ceux qui disent « N’importe quoi ! Et le spectacle alors ? Un Iran-Zambie c’est pas attirant … ». Certes, mais n’oublions pas que les grandes équipes d’Europe et Sud-Américaines seront bien présentes. De plus, prenons un pays des continents défavorisés sportivement parlant au hasard: l’Iran et le Sénégal. Mettons qu’avec ce système qui leur accorderait 8 places au lieu de 5, ils se qualifient pour la Coupe du Monde plusieurs fois de suite: par qualification, on touche une prime, qui ne peut qu’augmenter suivant son parcours. Imaginez, ces pays défavorisés sportivement accumuleraient les primes et pourront se développer sportivement (aussi aider leur PIB au passage) et reviendrons chaque fois plus forts. Ainsi, le spectacle arrivera de lui même.
    Le football spectacle doit être impressionnant certes mais les gens n’en ont pas marre de se regarder la même pièce de théatre ou le même film au cinéma en boucle ? Un peu de changement que diable !

    Ensuite faisons une simulation: prenons les 8 meilleurs équipes par continent.
    AFRIQUE: Algérie, Cameroun, Nigéria, Ghana, Côte d’Ivoire, Tunisie, Cap Vert (une surprise), Egypte. Des bonnes équipes, des moyennes. Pas trop mal non ?
    AMERIQUES: Brésil, Argentine, Uruguay, Mexique, USA, Equateur, Colombie et allez soyons fous une surprise Jamaïcaine (merci Rasta Rocket). Les deux tiers des équipes ici sont alléchantes avouons le. Quant au dernier tiers, ce ne sont pas les pires équipes non plus non ?
    ASIE: Japon, Corée du Sud, Australie (les habitués) suivis de surprises telles que le Qatar, l’Arabie Saoudite (les nouveaux riches), l’Iran, la Jordanie (ex-barragiste). Plus surprenantes encore: Ouzbékistan. Le petit poucet de la World Cup surement.
    EUROPE: L’Europe du Sud (Espagne, Portugal, Italie), l’Angleterre, l’Allemagne, les Pays Bas, la France et la Belgique (et sa Golden Generation). La classe quand même ?

    Donc OK il y’aura des équipes faibles, mais ne me dites pas qu’il y’aura des matches tout pourris car on va compter les habitués de la Coupe du Monde:
    Nigéria, Ghana, Côte d’Ivoire, Brésil, Argentine, Uruguay, USA, Mexique, Japon, Corée du Sud, Australie, Espagne, Italie, Portugal, Angleterre, Allemagne, Pays Bas, France. Soient 18 pays habitués et expérimentés sur les 32 équipes qualifiées. Restent 14.

    Sur les 15 prenons maintenant les équipes avec une ou plusieurs stars (ou du moins très bons joueurs): Algérie, Equateur, Colombie, Belgique. Restent 10.

    Et encore, sur les 10: certaines équipes sont loin d’être ridicules: Egypte, Tunisie.

    Seules les équipes asiatiques hormis le Japon, Australie, Corée du Sud n’auraient « pas leur place ». Mais bon concernant le Qatar et l’Arabie Saoudite par exemple je ne m’inquiètes pas trop, ils vont surpayer des mercenaires qu’ils naturaliseront de suite. On arrive déjà à presque 5-6 équipes faibles.

    Or, il y’a 4 groupes, ce qui signifie qu’il y’aura un petit poucet par groupe. Deux groupes sur 3 auront une équipe moyenne et les deux autres seront proches d’un groupe de la mort. Du spectacle vous en aurez ! Dans les France-Brésil ou dans les Ouzbékistan-Espagne (surtout les buts). Donc stop l’argument spectacle ! Une coupe du Monde doit être internationale et doit laisser les mêmes chances à tous !

Comments are closed.