Afrique Champions League Caf : Orlando Pirates-Al Ahly ou le choc de deux géants africains !

PiratesLa finale aller de la Ligue des champions CAF se dispute cet après-midi entre Orlando Pirates et Al-Ahly. Septuple vainqueur et champions d’Afrique en titre, les Egyptiens aborderont cette rencontre avec l’intention de préserver leur acquis. Quant aux Sud-africains, ils visent un second titre après celui obtenu en 1995. Le duel de ce soir s’annonce donc comme un choc entre deux géants du foot africain.

Orlando Pirates, le second titre tant attendu

Dix-huit ans qu’Orlando Pirates, considéré comme l’un des plus grands clubs d’Afrique du Sud et du continent africain, attend de décrocher une fois de plus ce prestigieux trophée. La dernière fois que la formation de Roger De Sa a goûté à la joie de soulever la Coupe de la Ligue des champions Caf remonte à 1995. Depuis, le club de Soweto n’a plus atteint ne serait-ce que la finale. Voilà qui explique un peu l’objectif que visent les « Happy People » cette année : la Coupe ou rien.

Et pour arriver en finale, ils ont fait un parcours presque sans faute, écrasant les Comoriens du Djalab FC (5-0) lors du tour préliminaire, puis les Zambiens du Zanaco FC en 16ème de Finale, sans compter les victoires obtenues avant d’atteindre les demi-finales jouées contre l’Espérance. Contre le club tunisien, les Sud-Africains ont fait preuve d’une maîtrise technique et tactique à faire pâlir d’envie plus d’un club. Avec un 0-0 obtenu sur le terrain des Pirates, les Tunisiens ont cru avoir fait l’essentiel. Mais c’est sans compter sur une formation d’Orlando Pirates qui a arraché en conquérant le nul 2-2 au stade de Radès, dominant son adversaire dans le jeu.

Par ailleurs, les joueurs d’Orlando Pirates abordent cette rencontre avec une ascendance psychologique sur leurs adversaires qu’ils ont déjà battu cette année en Egypte 0-3. C’était dans la phase de poule de la même compétition. 0-0 en match retour.

Mais, en dépit de tout cela, le coach sud-africain refuse de considérer son équipe comme la favorite pour le titre. Pour lui, les chances d’Ahly sont plus grandes que celles des « Happy Peoples ». « Ahly est une grande équipe et ses joueurs possèdent une large expérience, ce qui les aide beaucoup dans les rencontres capitales. L’équipe compte beaucoup de joueurs pouvant faire facilement la différence. A mon avis, leurs chances sont plus importantes que les nôtres », a indiqué Roger De Sa.

Al-Ahly ou la reconquête du titre

Al-Ahly n’est pas n’importe quel club. La formation cairote est l’une des plus titrés du continent. En témoigne le nombre de fois qu’elle a remporté la C1 africaine (7 fois).  La faiblesse des Egyptiens résident essentiellement dans le fait que leur football traverse des moments très difficiles. Le championnat à du plomb dans l’aile à cause du contexte sociopolitique Al Ahlydésagréable qui ne permet pas de jouer dans les conditions minimales de sécurité. Les clubs ne s’en remettent plus qu’aux entraînements. Une telle situation ne permet pas aux joueurs d’avoir de la compétition dans les jambes.

Toutefois, ces calculs ne marchent pas forcément avec Al-Ahly. Car, c’est dans les situations les plus compliquées qu’ils savent se surpasser pour battre leurs adversaires. Le football égyptien était en pleine crise l’année dernière, mais cela n’a pas empêché le National de soulever le trophée de la Ligue des champions Caf après une belle finale contre l’Espérance de Tunis.

Par ailleurs, l’enjeu est encore plus de taille pour les hommes Mohamad Youssef cette saison. Après la déroute des Pharaons face aux Black Stars du Ghana dans la cadre des barrages de la Coupe du monde 2014 (qui va encore les priver d’une participation pour un Mondial), la champions League constitue une bonne opportunité pour les Egyptiens, non seulement de prendre leur revanche, mais aussi de laver l’affront et pousser les supporters à maintenir leur foi dans le foot national. Pas sûr donc que les joueurs du National se laissent casser psychologiquement par leur précédente défaite contre les Pirates.

« J’ai demandé aux joueurs d’oublier les précédentes rencontres contre Orlando Pirates et de se concentrer pour la finale », a affirmé le coach égyptien qui pourra compter sur un effectif complet. Emad Moteab et Sherif Ekrami ont fait leur retour après quelques temps d’indisponibilité.

La rencontre est donc ouverte. Les Sud-africains vont vouloir prendre le devant pour se mettre à l’abri devant des Egyptiens qui ne viendront sûrement pas en victime résignées. Ça risque d’être chaud.

Publié par Rodolph TOMEGAH pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com