Europe Peter Luccin : l’ex enfant terrible du foot français dit ses 4 vérités !

Unknown

Il a été un grand joueurs du PSG et de la LI française.

Peter Luccin (34 ans) joue toujours au foot à Dallas. Et il se livre aujourd’hui à France Football alors qu’il vient de se blesser de nouveau.

« J ’avais déjà vécu ça, lorsque je jouais à Lausanne. Il m’était arrivé quasiment la même chose, les ligaments croisés étaient touchés. Je savais qu’il me faudrait faire preuve de patience. C’est déprimant, mais ça permet aussi de prendre du recul par rapport à certaines choses.

Les Etats-Unis sont totalement différents de l’Espagne ou de la France. Mais je me suis toujours adapté, partout où je suis allé. Ici, tout est grand, tout est démesuré. Dallas est tellement immense que je n’ai pas encore eu le temps de tout voir ! C’est un autre mode de vie. C’est très enrichissant.

Paris, c’est très fort. Je pense qu’ils vont connaître un creux en janvier-février. Ils vont laisser beaucoup d’énergie en C1. Si le PSG continue à jouer comme ça, je pense qu’il ne sera vraiment pas loin du titre de champion d’Europe. J’espère que Marseille fera une grande saison. Il y a une certaine réalité financière et l’OM ne peut pas rivaliser avec Monaco et le PSG. Mais j’espère qu’ils seront sur le podium à la fin du Championnat.

Si un club de L1 ou de L2 me propose un bon challenge l’année prochaine, pourquoi pas. Lorsque je vois ce que Ryan Giggs (40 ans) fait à Manchester, au plus haut niveau, je me dis que tout est possible avec de la volonté, de la persévérance et une bonne hygiène de vie.

«Regarder un SMS pendant la mi-temps, ce n’est pas acceptable. Les joueurs doivent arrêter de faire les cailleras, ils n’en sont pas»

Sans aucun doute. Mais c’est vrai que l’équipe de France à cette époque-là était monstrueuse. C’est surtout après, en 2004, que je pensais avoir ma chance après m’être affirmé au Celta Vigo. Je n’ai pas honte de le dire.

Certains médias sont un peu lourds, oui. Mais il n’y a jamais de fumée sans feu. Les joueurs se doivent eux aussi d’être de vrais professionnels. Ils doivent arrêter de faire les « cailleras » de cités, car ils n’en sont pas. Ils ont cette chance unique d’être bien payés, de gagner leur vie grâce à leur passion. Regarder un SMS pendant la mi-temps d’un match, ce n’est pas acceptable. Si j’avais fait ça à Marseille, avec des Bravo, Blanc ou Köpke dans le vestiaire, je n’aurais pas joué le prochain match. Maintenant, je ne juge personne. Chacun fait comme il l’entend. Mais on doit avoir conscience qu’on est des privilégiés. »

Publié par Nicolas Coutain pour Africa Top Sports

Nicolas / ATS