Afrique de l'Est Athlétisme/ Dopage : Lamine Diack défend la Jamaïque et le Kenya

laminediackLe président de l’IAAF, Lamine Diack n’apprécie pas les insinuations de l’AMA, l’Agence mondiale antidopage. Au cours du gala annuel de la fédération internationale d’athlétisme, il a qualifié de « ridicules », les remarques de l’AMA au sujet des athlètes jamaïcains et kényans.

« Je lis sans cesse dans la presse des choses sur la Jamaïque, le Kenya… L’AMA fait des remarques. (…) Ces pays sont les plus contrôlés au monde. Tout cela est ridicule», a-t-il déclaré lors de la désignation des athlètes de l’année samedi à Monaco. Indexé pour un contrôle antidopage jugé complaisant, notamment par Anne Shirley, la JEFCO –Agence jamaïcaine de lutte contre le dopage- avait été auditée par des experts de l’AMA  en octobre dernier « qu’ont-il trouvé ? Rein ! », a ajouté le président de l’IAAF.

Soulignons toutefois qu’un scandale de dopage a secoué Île Caribéenne cette année. Cinq Athlètes, dont l’ancien détenteur du record du monde de 100 m Asafa Powell, ont été contrôlés positifs. Dix-sept athlètes kényans ont également été convaincus de dopage durant la saison « Ils ont trouvé et suspendu certains athlètes, ce qui est une bonne chose. Nous faisons de notre mieux dans l’athlétisme, s’est-il défendu. Vous entendez rarement parler d’une suspension de quatre ans dans le football, mais ils ont aussi des problèmes de dopage.»

L’AMA s’est dotée d’un nouveau code antidopage qui entrera en vigueur dès janvier 2014.

Publié par Benoit DOSSEH pour Africa Top Sports

Benoit DOSSEH / ATS