Afrique Australe Mondial 2022 : acculé, pressé de tous côtés, le Qatar se dit prêt à tout moment

QatarRien n’arrêtera le Qatar dans sa course vers l’organisation de la Coupe du monde 2022. Alors que des voix continuent de dénoncer le non respect des droits de l’homme et que des divergences sont encore palpables autour de la période du déroulement de la compétition, l’Emirat gazier se dit prêt à organiser le Mondial. En été comme en hiver. Mais en attendant, Amnesty international lui demande de respecter les droits des ouvriers.

Amnesty appelle  la Fifa à sévir

Dans un rapport publié dimanche soir lors d’une conférence de presse à Doha, Amnesty  a exhorté la Fifa à faire pression sur le richissime émirat gazier pour qu’il améliore les conditions des ouvriers étrangers, majoritairement asiatiques. « Nos conclusions montrent un niveau alarmant d’exploitation dans le secteur de la construction au Qatar », a déclaré le secrétaire général d’Amnesty, Salil Shetty, à l’occasion de la publication du rapport intitulé « L’aspect sombre de la migration: pleins feux sur le secteur de la construction au Qatar avant la Coupe du Monde« . Et d’ajouter qu’« il est simplement inexcusable que tant de travailleurs immigrés soit impitoyablement exploités et privés de leur salaire dans l’un des pays les plus riches du monde ».

Pour l’ONG de défense des droits de l’homme, l’exploitation des ouvriers « s’apparente dans certains cas à du travail forcé« . « La Fifa a le devoir d’adresser un amnesty-international1message fort selon lequel elle ne tolèrera pas les violations des droits de l’Homme sur les chantiers liés à la Coupe du monde« , a lancé M. Shetty à l’endroit de Sepp Blatter et son institution.

Dans son rapport, fruit d’une longue et laborieuse enquête, Amnesty cite divers abus contre les expatriés au Qatar, incluant « le non-paiement de salaires, des conditions de travail dures et dangereuses, et des conditions de logement scandaleuses », parfois sans climatisation dans une chaleur étouffante. Elle souligne que « des dizaines » de travailleurs étrangers ont été bloqués pendant des mois par leurs employeurs au Qatar, seul pays du Golfe, outre l’Arabie saoudite, à imposer des permis de sortie aux expatriés.

Le Qatar, engagé dans un ambitieux chantier de plusieurs milliards de dollars pour accueillir le Mondial-2022, a été la cible d’une campagne de la presse étrangère et d’ONG l’accusant d’exploiter les travailleurs sur ces chantiers.

Mondial en hiver ou en été ? Le Qatar rassure

L’Emirat se trouve également confronté à un autre problème : celui lié à la période au cours de laquelle devra se dérouler la compétition. Un mondial en hiver n’arrange pas les organisateurs des sports de glace. Ceux-ci exigent donc une reprogrammation. Et surprise ! Le Qatar vient  d’annoncer qu’il est prêt à organiser la Coupe du monde en hiver comme en été.

Selon le secrétaire général du comité suprême d’organisation Qatar 2022, Hassan al-Thawadi, son pays sera en mesure d’assurer un Mondial en hiver ou en été. « Quelle que soit la décision de la Fifa, nous nous adapterons. Le Qatar est  prêt à organiser le Mondial en hiver comme en été« , a-t-il confié lundi dans un entretien avec Le Parisien.

La Fifa a lancé début octobre une consultation  pour modifier les dates du Mondial-2022, et donc jouer éventuellement en hiver  et non en été comme traditionnellement, afin d’éviter les chaleurs accablantes  de l’émirat (près de 50 degrés). « Nos stades sont conçus pour accueillir des matches toute l’année. Toutes  les options sont ouvertes ». Mais Sepp  Blatter maintient toujours l’hiver. Il a expliqué à Doha, la semaine dernière, que la période novembre-décembre 2022 était une bonne hypothèse.

Publié par Equipe rédaction pour Africa Top Sports

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports