Amerique du Sud Colombie : Les FARC veulent sceller la paix à travers le football

Le football est un vecteur d’union. Même les pays en guerre le savent. Les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) aussi. Elles ont appelé vendredi des joueuses et joueurs de football de différents pays à participer à un « match pour la paix ».

FARC« Nous insistons sur la présence féminine et nous aimerions bien affronter dans ce match Yoreli Rincon, cette grande milieu de terrain de la sélection colombienne« , a affirmé, dans un communiqué, Marco Antonio Calarca, délégué des FARC dans les négociations de paix à La Havane. Rebondissant sur une idée lancée initialement par les anciens internationaux colombiens Carlos Valderrama et Mauricio « Chicho » Serna d’organiser un match pour la paix, les FARC ont proposé une rencontre aller-retour, à La Havane puis à Santa Marta, en Colombie. Le joueur équatorien Alex Aguinaga a d’ores et déjà annoncé sa participation. « Nous nous réjouissons de l’attitude solidaire de notre frère équatorien Alex Aguinaga (…) Nous espérons aussi pouvoir compter sur d’autres footballeurs du monde entier pour s’engager dans ce match pour la réconciliation« , a souhaité Calarca.

Sceller la paix par le football

Les FARC négocient depuis un an à La Havane avec le gouvernement colombien de Juan Manuel Santos la fin du conflit qui les opposent depuis 50 ans. « Nous aimerions que les pays qui se sont portés garants de ce processus de paix soient représentés dans ce match avec des noms que nous osons proposer: Odelin Molina pour Cuba, Ole Gunnar Solksjaer pour la Norvège, le grand Carlos Caszely pour le Chili et Rafael Dudamel pour le Venezuela« . Mais les FARC rêvent encore d’autres noms pour cette rencontre: la guérilla a ainsi lancé un appel à la légende argentine vivante Maradona. Calarca a par ailleurs cité d’autres footballeurs que les FARC aimeraient inviter à ce match pour la paix: « la guérillera néerlandaise Tanja Nijmeier est en train d’insister pour faire venir Ruud Gullit. Et comme bons révolutionnaires que nous sommes, nous aimerions bien compter à ce match des rebelles du ballon comme le Français Eric Cantona ou encore l’Italien Cristiano Lucarelli« , a conclu le délégué.

Le sport est un vrai vecteur de paix et donc d’union. Nelson Mandela l’avait compris, lui qui a réconcilié l’Afrique du Sud quand en 1995 la nation arc-en-ciel remportait la Coupe du monde de Rugby. A ce moment, plus de Soweto ni de Johannesburg ; plus de Noirs ou de Blancs : c’était l’Afrique du Sud.

 

Publié par Equipe rédaction pour Africa Top Sports

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports