Afrique de l'Ouest NBA : Dans quelle direction se dirigent les Toronto Raptors et son GM Masai Ujiri ?

masai_ujiri_toronto_tradeLa nuit du 8 décembre a été marquée par le retour de Kobe Bryant contre les Raptors de Toronto, mais juste avant un transfert incluant pas moins de 7 joueurs a eu lieu. Le très décevant Rudy Gay ainsi qu’Aaron Gray et Quincy Acy quittent le Canada en échange de Greivis Vasquez, Patrick Patterson, Chuck Hayes et John Salmons en provenance de Sacramento. La rédaction d’Africa Top Sport s’est posée la question suivante : pourquoi cet échange et quel virage a pris la franchise des Raptors avec Masai Ujiri ?

 

Un processus de reconstruction bien défini 

 

Depuis son arrivée cet été, le GM nigérian Masai Ujiri n’a qu’une seule idée en tête, s’atteler à la reconstruction des Raptors. Pour reconstruire il faut détruire, dès son arrivée il se débarrasse de l’italien Andrea Bargnani. L’ancien numéro 1 de la draft n’a jamais eu les épaules pour porter une équipe, son transfert était une évidence. L’environnement autour de lui était difficile et son contrat permettait à la franchise de récupérer de la place pour recruter.

 

Dans son processus de reconstruction Masai se retrouvait dans la même situation qu’à Denver. Une équipe qui tourne autour d’un ailier qui marque beaucoup de points mais qui ne fait pas pour autant gagner son équipe. A Denver il avait choisi de trader Carmelo Anthony à New York pour récupérer plusieurs joueurs talentueux avec du potentiel. Meme cas de figure à Toronto avec Rudy Gay dans le rôle de l’ailier scoreur. À défaut d’être le meilleur joueur sur le terrain, il est celui qui a le plus de valeur sur le marché. Ujiri décide donc de s’en séparer pour récupérer en échange Grevis Vasquez, un meneur fort à la passe capable de gérer une équipe, un intérieur de devoir avec Chuck Hayes, un intérieur solide en la personne de Patrick Patterson et un ailier vétéran John Salmons, toujours capable d’apporter des points.

 

Sur le plan sportif, ils perdent un joueur avec de très faibles pourcentages de réussite, aussi talentueux soit-il, et laisse de la place à Demar Derozan qui ne cesse de progresser et qui doit devenir le véritable leader de l’équipe.

 

 

De la place sous le salary cap

 

Sans se voiler la face, ce transfert est d’abord intéressant sur le plan économique. Avec le départ de Rudy Gay, Toronto se sépare d’un joueur à 37 millions sur 2 ans et surtout 19 millions de dollars garantis la saison prochaine. Avec les nouveaux arrivants, Ujiri s’assure seulement 7 millions à payer l’année prochaine. Un différence de 12,3 millions de dollars, ce qui laisse une marge énorme pour recruter !

 

 

Et l’avenir ? 

 

Dans une conférence toujours aussi faible, les Raptors ont un bilan de 7-12 et se positionnent à la 9e place. Autant dire que la saison est loin d’être terminée pour eux même si on leur conseillerait bien de tanker pour espérer récupérer un élément de la draft 2014, dont la promotion s’annonce toujours aussi prometteuse.

 

Masai Ujiri est un homme en qui on peut avoir confiance pour repartir sur des bases saines. Denver ne lui avait pas laissé le temps d’aller très loin, avec Toronto il reprend les mêmes outils avec cette fois-ci, espérons-le, l’opportunité de mener son projet à terme.

Publié par Equipe rédaction pour Africa Top Sports

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports

Un commentaire

  1. Pingback: Quel est le projet du nigérian Masai Ujiri, GM des Toronto Raptors ?

Comments are closed.