Cameroun Foot Cameroun / championnats d’élite : On jouera désormais à 18

Dès la saison prochaine au Cameroun, des choses vont changer dans l’organisation des principaux championnats de football. La réforme concerne le nombre de clubs appelés à disputer les championnats nationaux de première et deuxième division. Ils vont passer de 14 à 18.

EliteOne1C’est la décision qu’a prise le 5 décembre dernier en secret, le Conseil d’administration de la Ligue de football professionnel du Cameroun. Il donnait ainsi une suite favorable à la requête de l’Association des clubs d’élites du Cameroun (Acec) formulée peu avant la fin des derniers  championnats. Cette requête introduite par la Pca du Canon de Yaoundé visait en réalité à sauver des clubs « amis ».

Grâce à cette décision, les relégués de Mtn elite one Panthère, Tonnere et Sable de Batié ne descendront plus en Mtn  elite two. Même heureux sort pour Aigle, Achille et Tiko united, les trois clubs de Mtn elite two qui étaient déjà  condamnés à jouer la saison prochaine en Ligue régionale. Pour la présidente d’honneur de Panthère, Célestine Ketcha, cette mesure permet aux joueurs d’être plus compétitifs. « Il faut dire que nos joueurs avaient très peu de matches dans les jambes et nos équipes n’étaient pas compétitives au niveau international », explique-t-elle alors que le vent de la désapprobation souffle déjà.

Contestation et menaces de scission

Faustin Domkeu, le président général de New stars de Douala s’insurge contre cette décision du conseil d’administration de la Ligue. « C’est un non-lieu. Le Conseil d’administration n’a aucun pouvoir pour changer le règlement des compétitions à  la fin de la saison. C’est de la distraction et de l’agitation. C’est la recherche d’un hold-up juridique, mais cela ne va pas prospérer », avertit celui qui fut patron de l’ex Association des clubs de première division du Cameroun. Son équipe ne serait pas seul à s’opposer à l’augmentation du nombre de formations dans l’élite.

En plus de ses clubs New stars et As Matelots, il cite « Scorpion de Bé, Coton sport de Garoua, Renaissance de Ngoumou, Cosmos de Bafia, Botafogo de Buea, Yong sport academy de Bamenda, National Polytechnic de Bambui ». Le plus bruyant des contestataires n’exclut pas la scission. « Si on est mis en minorité, nous allons faire une assemblée constituante des vrais clubs professionnels. Nous allons présenter notre projet sportif. Ils pourront organiser leur championnat professionnel à 18, nous allons organiser le notre à 12 », menace Faustin Domkeu.

Publié par Equipe rédaction pour Africa Top Sports

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports