Football Enza Yamissi: le capitaine de la Centrafrique appelle au calme et à la paix

yamissiDéjà en novembre dernier, il sonnait sur la sonnette d’alarme. Mais depuis, la situation s’est aggravée. « La situation est assez catastrophique là-bas. Mon père est sur place et il me tient au courant. Ce qui est terrible c’est le problème entre les chrétiens et les musulmans. À la base, les Centrafricains vivaient en harmonie, ensemble, mais le fait que les rebelles armés [Séléka, NDLR] viennent de l’extérieur [principalement du Tchad et du Soudan], qu’ils soient musulmans, et qu’ils massacrent des chrétiens a fait augmenter la haine des Centrafricains. Mais tous les musulmans ne sont pas comme la Séléka« . C’est en ces termes que Enza-Yamissi, capitaine de la sélection nationale centrafricaine décrit la situation socio-politique actuelle dans le pays.

Depuis plusieurs mois, ce pays d’Afrique centrale est en proie à une guerre civile. Désormais les crimes religieux sont légions. les musulmans et les chrétiens se traquent. « Les rebelles de la Séléka, musulmans, ont fait un coup d’État et mis en place un président [Michel Djotodia, NDLR] qui n’a pas su les contrôler. Au lieu de repartir, les rebelles sont restés sur place, car le président leur aurait promis des sommes d’argent« , explique Yamissi dans un long entretien à France24.

« En sélection, il y a des musulmans et des chrétiens et tout va bien »

Dans ces conditions, difficile de jouer de jouer au football. La sélection locale attendue au tournoi de la CEMAC a dû déclarer forfait. « On a beaucoup de joueurs au pays. Dans notre équipe nationale, il y a des musulmans et des chrétiens et cela se passe très bien, mais la situation va stopper la sélection pour le moment. La priorité ce n’est pas l’équipe nationale, c’est le pays, le peuple centrafricain. L’argent, le pays doit le mettre à disposition de la population pour les écoles, pour acheter du matériel. Le sport c’est important, mais cela passe après. Pour l’équipe nationale, il n’y aura rien pendant un bon bout de temps. Avec ce qui se passe actuellement cela va être très difficile de préparer les éliminatoires de la CAN-2015« , ajoute le joueur de Valenciennes.

« Il faut que les centrafricains chrétiens et les centrafricains musulmans arrivent à faire la part des choses et arrivent à ne pas tout mélanger. Il faut ramener la paix dans notre pays. À la base nous sommes un pays qui n’a pas grand-chose, voire rien, alors avec ce qui se passe en ce moment en plus, cela va être très difficile d’avancer s’il n’y a pas la paix. C’est sûr que certains ont perdu des gens de leur famille, des proches et souhaitent se venger. Mais la vengeance ne mène à rien. Il faut ramener la paix, pardonner et essayer d’avancer tous ensemble« , conclut-il.

Publié par Steven LAVON pour Africa Top Sports

Rédacteur en chef à Africa Top Sports. Premier portail sportif Africain. http://www.africatopsports.com