Amerique du Nord Corée du Nord : Dennis Rodman prévoit un match de la NBA pour l’anniversaire de Kim Jong-Un!

Alors même que sa présence aux côtés des autorités de Pyongyang n’a pas encore fini de provoquer la spirale de réactions, Dennis Rodman vient de mettre à nouveau  les pieds dans le plat. L’ancienne star de la NBA compte organiser un match de basket, en Corée du Nord. Un match qui pourrait « engager » le peuple et le président américain Barack Obama.

Roddddd une«Le sport est si important  dans le monde que j’espère que ceci va engager le peuple américain, en particulier le président Obama« , a déclaré l’ancienne star des Chicago Bulls aux journalistes, à l’aéroport de Pékin, en route pour Pyongyang. Ce match est prévu à l’occasion de l’anniversaire du dirigeant répressif nord-coréen Kim Jong-Un, le 8 janvier prochain.

Le jeune chef, qui a fait ses études en Suisse, est reconnu pour être un mordu de basket et surtout des Chicago Bulls, pour qui Rodman a joué un rôle clé en remportant trois titres NBA aux côtés de Michael Jordan dans les années 1990.

Un soutien à la dictature nord-coréenne ?

Rodman a développé une relation improbable avec le dirigeant nord-coréen depuis son premier voyage en Mars, lorsqu’il  déclarait que Kim est un « ami pour la vie« . Au début du mois, Kim avait exécuté son oncle et ancien mentor, Jang Song-Thaek, pour « haute trahison ». Mais pour  Rodman, la politique et le basket sont deux choses bien distantes l’une de l’autre. « Je n’ai rien à voir avec cela», a-t-il dit.

L’équipe de la NBA devrait être annoncée lors de la visite de Rodman en Corée du Nord, sa troisième de l’année. Pour apporter son soutien à son « ami pour la vie », l’ex basketteur a balayé du revers de la main toutes les mises en garde du gouvernement  américain à l’endroit de ses citoyens contre les risques qu’ils encourent en se rendant dans un pays aussi négativement réputé que la Corée du Nord. « Il n’y a rien que je puisse faire à ce sujet», a averti Washington, et d’ajouter que «si quelque chose arrive, il est hors de mon contrôle.»

Dennis a également dit qu’il aurait « une bonne discussion » avec Kim « pour aider le monde« , sans plus de précisions.

Les autres membres de la délégation de Rodman à Pyongyang étaient des bookmakers irlandais et le sponsor de voyage Paddy Power – qui a dit que le calendrier des matches n’avait pas été affecté par les événements politiques – et une équipe de documentaire télévisuel.

Une chance rare à Obama et Kim Jong-Un, deux férus du basket

Le porte-parole de Paddy Power, Rory Scott, a dit  que Rodman n’a pas été payé pour son implication dans le match d’exhibition – qu’il  facturé « The Big Bang in Pyongyang ».

« Dennis fait juste ceci. Nous ne discutons jamais de cela (paiement), mais nous ne payons pas pour cela« , a-t-il dit. Pyongyang détient actuellement un citoyen américain, Kenneth Bae, condamné à 15 ans de prison pour  tentative de renversement du régime nord-coréen. Les autorités  américaines ont déclaré en début de semaine qu’elles n’avaient eu aucun contact avec Rodman au sujet de son voyage, et  donc qu’il ne représente pas le gouvernement américain.

Rodman est l’un des rares Occidentaux à avoir rencontré Kim, arrivé au pouvoir à la suite de la mort de son père, l’ancien chef suprême Kim Jong-Il.  Et pour lui, l’organisation de ce match en Corée du nord est une chance formidable que les Chicago Bulls donnent aux dirigeants des deux pays ennemis. Barack Obama, un habile joueur de basket, est également connu pour être un fan pur et dur des Chicago Bulls, dont l’équipe est basée dans la ville où le président américain a forgé sa carrière politique.

Publié par Equipe rédaction pour Africa Top Sports

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports