Belgique Football: Le Real Madrid et le FC Barcelone rejettent les accusations de la Commission Européenne

Le Real Madrid et le FC Barcelone ont fait de leur mieux pour ne pas laisser se généraliser les soupçons qui planent sur leur football. Jeudi, les deux clubs se sont vivement défendus après l’ouverture d’une enquête de la Commission européenne sur d’éventuelles aides publiques illégales en faveur de sept clubs espagnols et plusieurs dirigeants ont accusé Bruxelles de vouloir « salir » le football espagnol.

florentinorosellFlorentino Perez, Sandro Rosell, Miguel Cardenal et Javier Trebas, respectivement président du Real Madrid, président du FC Barcelone, secrétaire d’Etat au sport et président de la Ligue de football (LFP) ont, tour à tour, rejeté les soupçons soulevés par Bruxelles, qui a annoncé mercredi une « enquête approfondie » sur la question. La Commission cherche notamment à déterminer si le Real, le Barça, l’Athletic Bilbao et Osasuna, clubs qui appartiennent à leurs « socios » et ont un avantage pour le paiement de l’impôt sur les sociétés (25% au lieu de 30%), ont bénéficié indûment d’exonérations de charges sociales et de dettes fiscales.

Des tirs groupés contre Bruxelles

 « Je crois qu’il y a une campagne contre le football espagnol, et je crois qu’elle est mauvaise« , a dit Florentino Perez au cours d’un petit-déjeuner de presse à Madrid. « Nous avons payé 13 millions d’euros de plus au Trésor public sur les dix dernières années que si nous avions pu déduire les réinvestissements. Ce que je veux dire, c’est que c’est négatif. »

De son côté, le président du Barça Sandro Rosell a assuré que son club n’avait reçu aucune aide. « Je dois dire que le Barça respecte la législation espagnole, selon Commission-europeenne-630x420laquelle une entité n’a pas à se transformer en société anonyme sportive si elle est saine, comme c’est le cas du Barça« , a dit Sandro Rosell lors d’un discours de fin d’année devant les médias à Barcelone. « Le FC Barcelone n’a reçu des aides d’aucun type de la part d’aucun organisme officiel« , a-t-il ajouté.

Visés par Bruxelles avec l’Athletic Bilbao, Osasuna, le FC Valence, le Hercules Alicante et Elche, les deux géants de la Liga ont reçu en outre l’appui du secrétaire d’Etat espagnol au sport Miguel Cardenal, invité principal du petit-déjeuner de presse organisé à Madrid par l’agence espagnole Europa Press. « On a gravement sali l’image du football espagnol et du sport espagnol, voilà la réalité« , a dit le dirigeant, qui est également président du Conseil supérieur du sport (CSD) espagnol. « L’impact pour ces quatre équipes sur les quatre derniers exercices fiscaux atteint la somme extraordinaire de 1,6 million d’euros. Si le dénonciateur a raison, l’énorme scandale duquel nous parlons correspond à 100.000 euros par équipe et par an (…) Il est insensé de croire qu’il y ait une aide de l’Etat« , a-t-il fait valoir.

La Liga, un football envié ?

Le président de la LFP a quant à lui, estimé  que le sport espagnol était victime de ses succès récents, notamment ses sacres au Mondial-2010 et lors des Euros de football 2008 et 2012. « Le football espagnol est mis en doute parce qu’il gagne beaucoup de titres et on impute cela au fait qu’il y ait des aides alors qu’il n’y en a pas« , a dit Javier Trebas, cité sur le site internet de la LFP. Avant de conclure : « L’Union européenne a l’obligation de surveiller que la concurrence s’applique de la manière la plus loyale possible. Et qu’il y ait un début d’enquête ne veut rien dire« .

Publié par Equipe rédaction pour Africa Top Sports

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports