Afrique Henryk Kasperczak: les Sénégalais n’en veulent pas comme sélectionneur au Mali

L’arrivée d’Henryk Kasperzack à la tête de la sélection malienne n’a pas laissé insensible les férus de foot sénégalais. Depuis ce dimanche les débats et autres commentaires ne manquent pas autour de la personne du « nouveau » sélectionneur des Aigles. Des propos peut tendres après son passage au Sénégal entre 2006 et 2008.

kasperczakkSi les Maliens avaient  demandé aux Sénégalais leur avis, ils n’auraient jamais choisi ou repris le Franco-Polonais Henryk Kasperzack comme nouveau sélectionneur en remplacement d’Eric Carteron. Son passage dans ce pays de 2006 à 2008, après la Côte d’Ivoire, la Tunisie et le Mali, a laissé l’image « d’un capitaine qui a abandonné son navire en pleine tempête« .
Après une demi finale lors de la 25é édition de la Can 2006, les Lions qui étaient conduits par le duo Abdoulaye Sarr et Amara Traoré au Caire, ont été obligés de changer de guide en la personne du Franco Polonais Henryk Kasperzack. Comme ses prédécesseurs  lui aussi,  réussit à qualifier à nouveau les Lions à la 26é Can 2008  au Ghana.
Avec un espoir certain pour tout un peuple de voir les Lions qui avaient atteint la barre des demi finales au Caire,  faire mieux au Ghana. Mais il n’en sera rien. Les Lions avec la génération Mamadou Niang, Bayal Sall, Henri Camara, Tony Sylva , Diomansi Kamara tombent de haut après deux matchs nuls ( Tunisie 2 à 2 et Afrique du Sud 1 à 1) et une défaite 3 à 1 devant l’Angola de Manucho.
Un résultat qui barre la route des quarts de finale. Mais bien avant même la fin de cette compétition, après seulement le deuxième match sanctionné par la défaite face aux Angolais (après le nul face aux Tunisiens), Henryk Kasperzack fausse compagnie à ses Lions.
Faisant fi de son contrat de deux ans qui était toujours en court, il démissionne en pleine préparation de la rencontre contre les Bafana Bafana. Sans même passer par Dakar, il rejoint directement la France sans crier gare. Son adjoint Lamine Ndiaye le remplace , mais ne réussit pas à « qualifier les Lions au second tour« . Interpellé quelques semaines après, Kasperzack accable les Lions  » les joueurs n’ont pas pris leur responsabilité. C’était une équipe sans âmes. Je ne pouvais plus continuer« .
Ce qui avait créé un tollé général au Sénégal. Car c’était un précédent grave et historique dans l’histoire d’une sélection sénégalaise et africaine. Respecté et même adulé par un public sénégalais qui avait salué sa venue dans la tanière, Henryk Kasperzack est depuis lors voué aux gémonies. On ne s’intéressait plus à lui jusqu’à ce dimanche quand ATS a annoncé sa signature avec le Mali. La proximité entre les deux pays faisant, cela ne pouvait laisser insensible les acteurs du foot.
La grosse questions dans les débats et autres émissions sportives étant de savoir: est ce que le Mali a pris les dispositions pour qu’il ne lâche pas aussi les Aigles en pleine Can 2015 au cas où le même scénario de 2008 avec les Lions se répétait?
Publié par Oumar DIARRA pour Africa Top Sports

OumarouATS