Asie Sotchi 2014 : Boycott ou pas, la Russie poursuit son objectif

Plusieurs dirigeants occidentaux ont annoncé qu’ils vont boycotter la cérémonie d’ouverture des jeux olympiques d’hiver de Sotchi, en signe de protestation à la restriction des libertés civiles en Russie. Cette décision ne fait ni chaud ni froid à la Russie.

sochi_2014_mountainsMardi, le président du Comité national olympique russe, Alexander Zhukov, a estimé que les absences de ces dirigeants lors de la cérémonie d’ouverture à Sotchi le 7 février prochain n’auraient pas d’impact sur les Jeux. « Cela n’affectera en aucune manière les Jeux ou ne diminuera leur portée« , a déclaré Zhukov aux agences de presse russes.

Pour les responsables en charge de l’organisation des jeux de Sotchi, seul le sport doit primer, toute autre gesticulation étant sans importance. « Les jeux Olympiques, soutient Zhukov, sont une compétition pour les athlètes et tout le reste est secondaire. L’intérêt, c’est la compétition en elle-même et pas de savoir si 20 ou 30 leaders seront présents. »

La réaction de Moscou fait suite aux nombreuses annonces récemment faites par des dirigeants comme, le président des Etats-Unis, Barack Obama, qui, la semaine dernière, avait nommé en tête de la délégation américaine deux ex-sportifs, l’ancien patineur Brian Boitano et l’ex-joueuse de tennis Billie Jean King ayant fait leur coming-out, pour réagir à une loi russe interdisant toute « propagande homosexuelle » devant mineurs. De leur côté, le président français François Hollande et le premier ministre britannique David Cameron ont décidé, aux côtés d’autres dirigeants européens, de ne pas assister à la cérémonie d’ouverture des Jeux. De même que le président allemand, Joachim Gauck.

Ces décisions de boycott ont été saluées par Nadejda Tolokonnikova, une des pussy-riots luttant pour la défense des droits citoyens en Russie et récemment sortie de prison. Lundi, Tolokonnikova avait déclaré qu’un boycott des Jeux de Sotchi soulignerait l’inquiétude de la communauté internationale face à une dégradation des libertés civiles et politiques en Russie sous le régime de Vladimir Poutine.

 

Publié par Equipe rédaction pour Africa Top Sports

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports