Amerique du Sud Colombie : A la découverte de « Futbol cinco » ou le foot en salle sur gazon

Quand on est aime le foot, on se donne tous les moyens pour vivre cette passion. C’est notamment le cas de la Colombie où,  le football en salle est devenu pour les anciens professionnels un filon parfois plus tentant qu’une reconversion comme entraîneur.

Futbol cincoC’est une  discipline pratiquée par dix joueurs à raison de cinq par équipe. D’où son appellation « futbol cinco ». Et pour ce faire, on n’a pas besoin de beaucoup de choses. Il suffit d’une balle rapide, d’une paire de chaussures adaptées et l’envie de suer pour louer une des centaines de pelouses synthétiques de Bogota ou d’ailleurs. « C’est un excellent business car il y a une demande énorme. En plus c’est un bon moyen de veiller sur sa santé et de s’amuser dans une ville qui n’a pas d’espaces sportifs suffisants pour les amoureux du football« , affirme à l’AFP Lucas Jaramillo, ancien joueur professionnel du club Independiente Santa Fe.

Tout le monde y trouve sa place

Les pelouses synthétiques drainent un public varié, issu de toutes les classes sociales, depuis l’homme d’affaires jusqu’à l’ouvrier. « Mes clients sont accrocs au foot« , sourit l’ex-joueur, co-propriétaire de « Futbol 5 Colombia », une des plus grandes entreprises du secteur. Pour lui, cette discipline est le symbole d’une « vraie démocratie, car la classe sociale n’a pas d’importance, tous sont égaux sur le terrain« . Il raconte sa reconversion : « Nous avons été pionniers à Bogota et nous avons une croissance rapide grâce à une alliance que nous avons passée avec une chaîne de magasins qui nous ont prêté des locaux pour installer de nouvelles pelouses« .

Roberto Vidales, Un autre footballeur professionnel à la retraite, et qui a choisi la carrière d’entraîneur pour les équipes d’enfants après avoir raccroché les crampons, reconnaît l’intérêt du « futbol cinco ». « Moi qui ai joué sur un vrai terrain, je dois dire que le foot à cinq est plus exigeant, car on court à 100% pendant une heure, sur un espace plus réduit, avec une balle qui ne s’arrête pratiquement jamais« , confie-t-il. Un témoignage que confirment les passionnés de ce football miniature. Etudiant en physique, Fredy Gonzalez promène son corps de colosse une fois par semaine sur un terrain de Suba, un quartier au nord-ouest de Bogota. « C’est un moment privilégié pour moi, on oublie ses problèmes« , glisse-t-il. Antonio Godoy, ingénieur en système, abonde en son sens.

Jouer devient donc facile

Depuis l’apparition du football en salle, jouer est devenu plus facile. Un groupe d’amis se partage la note, environ 35 dollars de l’heure, et les installations sont beaucoup plus confortables et sûres que dans un stade de quartier. « Ici, il y a des vestiaires où l’on peut déposer ses affaires sans avoir peur qu’on nous les vole ou qu’elles se perdent. Le terrain est bien gardé et, au besoin, ils nous prêtent des chasubles d’entraînement pour former des équipes. Ils nous proposent même un ballon si on n’en a pas« , commente-t-il. Pour Jaramillo, cette reconversion liée au football est une bénédiction. Pas une seconde il ne regrette d’avoir écarté une carrière d’entraîneur. « Je ne crois pas que j’aurais été un bon entraîneur. Même si je suis un leader et que je sais motiver les gens, il me manquait la connaissance tactique« , avoue-t-il. Le futur, il le voit plus en rose que jamais. « Il y a énormément de gens qui veulent créer des terrains car il n’y a pas de barrière pour entrer » dans ce marché, affirme l’ex-joueur professionnel, qui lance un pari: la création d’une ligue de « futbol cinco » dans un proche avenir.

Publié par Equipe rédaction pour Africa Top Sports

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports