Afrique du Sud Rallye Dakar 2014: Roma en auto, Koma en moto; les Africains ont aussi fait le show

Depuis 2009, le Dakar a quitté le sol africain pour s’exiler en Amérique du Sud. Mais le plus célèbre des rallyes raid a garde le nom de la capitale sénégalaise comme appellation au grand désarroi de nombreux africains, entre autres le Ministre Youssou N’Dour. 

deVilCette année, le Dakar était parti de Rosario en Argentine pour  se terminer au Chili après une petite incursion en Bolivie. Sur la ligne d’arrivee à Valparaiso, l’Espagnol Nani Roma sur Mini s’impose dans la catégorie Auto, son compatriote Marc Coma (KTM) monte sur la plus haute marche du podium en Moto tandis que le Russe Karginov (Kamaz) est le vainqueur en camion.

Vainqueur de l’épreuve en 2010, le Sud Africain Giniel de Villiers (Toyota Hilux) a terminé à la 4eme place finale a 1h 19 min de Roma mais il a surtout réussi à briser l’hégémonie de la marque Mini qui place 5 voitures dans les 6 premières places. Son compatriote et coéquipier Leeroy Poulter s’est bien distingué pour son premier Dakar en signant le 3eme temps lors de la 5eme étape mais un souci de suspension lors de l’étape du lendemain l’a fait dégringolé dans le classement, il finit la course a la 33eme place. Sur le troisième Toyota, le rookie Thomas Rundle pointe à la 25 place finale.

Un grand succès !

L’autre équipe sud africaine, Ford, n’a pas eu la même réussite, Chris Visser a crashe son Ranger Ford lors de 4eme étape. Sur le deuxième Ranger préparé par Ford Racing South Africa, l’Argentin Alvarez est le meilleur des pilotes de la marque a l’ovale bleu a l’arrivée, 22eme du général. dakarr

En deux roues, Van Niekerk (KTM) et Cummings (KTM) termine respectivement aux 12eme et 28eme place. Le Franco Malien, Alain Duclos (Sherco), a dû abandonner tout comme le Zambien David Reeves (KTM).  Duclos a toutefois remporté la 6è étape avant son retrait. De Villiers quant à lui s’est adjugé l’étape finalement entre Serena et Vaplaraiso, en Auto. Le  Dakar 2014 est l’une des plus dures depuis 2006 avec un taux d’abandon qui dépasse les 50%.

De l’avis même d’Etienne Lavigne, le patron du Dakar, cette édition a été un « véritable  succès au vu des nombreux spectateurs aux bords des routes ». Le retour en Afrique n’est pas pour si tôt.