Asie Dossier/ Réseaux sociaux chinois: Véritable mine d’or pour les clubs européens

Avec une population de 1,2 milliards d’habitants et plus d’un demi-milliard d’utilisateurs d’internet, la Chine représente un marché prépondérant pour les équipes de football européennes. Quelles stratégies les clubs européens doivent-ils donc développer pour intéresser davantage les internautes chinois ?

champions-league-logoBien que n’ayant pas accès aux médias sociaux européens, les internautes chinois sont très actifs sur les réseaux sociaux. Ils ont leurs propres médias sociaux : Tencent, Sina Weibo ou RenRen. Mais dans un pays où le football connait un engouement certain et est donc largement commenté et suivi, les clubs européens sont-ils aussi présents sur ces réseaux que sur Facebook, Twitter ou Instagram ?

Une récente étude de l’agence Digital chinoise Mailman sur les réseaux sociaux et le sport s’est intéressée à la place des 14 plus grands clubs européens (d’un point de vue popularité en Chine) sur les principaux réseaux sociaux chinois. De cette étude, il ressort que les deux plus importants Sina Weibo et Tencent font à eux deux seuls plus d’un demi-milliard d’internautes. Le troisième réseau Renren considéré comme le Facebook chinois, non pris en compte par l’étude car n’étant pas encore réellement exploité par les clubs européens, représente une réelle opportunité de développement et de visibilité, principalement auprès des jeunes étudiants et des adolescents chinois, à qui s’adresse principalement cette plateforme, avec un très fort taux d’engagement.

Les stratégies de Thibaud Andre

Thibaud Andre était l’invité de digitalsport.fr. Lui qui connait bien la Chine propose aux clubs européens des stratégies susceptibles d’agir considérablement sur leur popularité auprès des internautes chinois.

D’abord, il propose de développer  une stratégie basée sur la mise en avant de joueurs vedettes et d’un certain prestige pour nuancer la variabilité de popularité liée aux résultats sportifs. L’image du club (les performances sportives bien sûret l’histoire et le palmarès du club) en tant qu’équipe présente également un caractère important dans la décision des supporters. Pour cela, l’expert suggère pour une équipe souhaitant investir le marché chinois de créer, développer et animer un compte personnel pour ses principales stars sur les réseaux chinois et ensuite de relier ces comptes à la page officielle du club.

Ce qui éviterait aux formations européennes de multiplier les tournées de présaison pour cela. Les fans chinois, explique Thibaut Andre, soutiennent avant tout des joueursChine-Internet-e1326291265818 «stars» et choisissent souvent de supporter un club en fonction de la présence de ces idoles. Par exemple, quand Manchester City est le club comptant le plus de followers avec 4 millions, Lionel Messi a lui plus de 14 millions de suiveurs sur son seul compte.

Ensuite il met l’accent sur les contenus postés sur internet par les clubs. A ce niveau, Thibaut Andre insiste sur la nécessité pour ces formations de communiquer directement en mandarin au lieu de se contenter de simples traductions qui ne prennent souvent en compte l’engagement personnel des fans.

La prise en compte de ces idées pourrait permettre aux équipes européennes d’envahir plus efficacement le marché chinois où les réseaux sociaux présentent des opportunités énormes avec plus de 15 millions de followers pour les 14 principales équipes. Les clubs « modestes » ne sont pas en reste.

Publié par Equipe rédaction pour Africa Top Sports

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports