Afrique ATHLETISME: De militaire à athlète, Noelie Yarigo rêve de représenter le Bénin aux JO de 2016

Elle a 28 ans et est la seule athlète de haut niveau du Bénin. Militaire de formation, elle a finalement craqué pour le sprint. Aujourd’hui, le rêve de Noëlie Yarigo est de représenter le Bénin aux Jeux Olympiques de 2016 au Brésil. Mais avant tout, il doit faire une bonne prestation aux prochains Championnats d’Afrique qui se tiennent à Marrakech.

YARIGOPour atteindre ses objectifs, l’athlète béninoise s’entraîne depuis avril 2013 à Blois en France. Et ses efforts commencent par être couronnés de succès. Elle s’est imposée sur 800m aux Championnats de France en salle, le 24 février dernier.

« J’étais partie à ces championnats pour gagner. Je ne doutais pas de mon état de forme », confie-t-elle à nos confrères de Rfi, très heureuse.

Heureuse dans la mesure où quelques jours avant, Yarigo avait déjà amélioré le record du Bénin sur le double tour de piste en 2 minutes 05 secondes et 47 centièmes. De quoi oublier sa déception après son élimination dans les séries lors des Jeux de la francophonie en 2013.

« J’étais vraiment déçue. J’avais les moyens de monter sur le podium. Mais je n’étais pas allée en finale. A ce moment-là, j’ai vraiment eu envie de tout arrêter », a-t-elle avoué.

Heureusement qu’elle est militaire et que cette formation lui a permis de devenir une vraie guerrière et de pouvoir supporter les échecs et les moments difficiles. Elle n’a donc pas démissionné et s’est remise au travail. Grâce aux efforts de Claude Guillaume, son entraîneur, Noelie Yarigo est revenue à son meilleur niveau.

Très peu soutenue, elle veut tout de même honorer le nom du Bénin

La grande chose que lui a apportée son pays vient des autorités militaires qui lui ont accordé la liberté de pratiquer son sport pour un temps. Outre ce privilège, Yarigo neYarigo 2 recoit aucune assistance du Bénin. Pas étonnant dans un pays qui manque cruellement d’organisation et d’infrastructures pour pratiquer l’athlétisme.

 « L’athlétisme au Bénin reste à l’état embryonnaire, déplore la championne. On n’en parle moins là-bas que d’autres sports et ça, ça m’écœure », dit la championne.

« Noélie dépend totalement de ce que je mets en place et de ce que le Centre lui apporte. Elle ne bénéficie d’aucun autre soutien. Sur le plan financier, elle ne reçoit pas un franc CFA d’aide. La seule autre aide dont elle bénéfice, c’est la liberté que lui offre ses autorités militaires », confirme son entraîneur qui a créé un centre d’entrainement à Cotonou, centre où a évolué Yarigo avant de mettre le cap sur la France.

Mais malgré le peu de soutien des autorités béninoises, la jeune femme veut défendre les couleurs de son pays et espère désormais briller aux Championnats d’Afrique qui se tiennent du 10 au 14 août 2014 à Marrakech au Maroc.

« Mon objectif est de monter sur le podium, quelque soit la médaille », lance-t-elle. Même si rien ne lui sera facile. Puisque, pour faire un podium aux Championnats d’Afrique, elle doit affronter Kényanes, Ethiopiennes, Marocaines et la Burundaise Francine Niyonsaba, championne d’Afrique en titre.

Noelie Yarigo va plus loin. Elle veut surtout participer aux Jeux Olympique  de 2016 au Brésil.

« Quand je regarde des grandes coureuses comme la Kényane Pamela Jelimo, je me dis ‘pourquoi pas moi ?’ Je me dis que je peux faire parler du Bénin à travers les prochains Jeux olympiques », conclut l’athlète de l’ancien Dahomey. Reste plus qu’à prier pour elle.

Publié par Rodolph TOMEGAH pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com