Brésil Brésil 2014: Le spectre de la grogne sociale plane toujours au-dessus des stades

Le spectre de la grogne sociale plane toujours au-dessus de la Coupe du monde de football. La Coupe de la Confédération en avait fait la démonstration l’été dernier, les Brésiliens ne veulent pas se taire pendant le Mondial qui démarre en juin. La compétition pourrait être perturbée par plusieurs facteurs. Et ça, le gouvernement en a bien conscience. 

Mouvements sociauxSelon un rapport  secret sur les risques autour de la Coupe du monde, mis au grand jour par la presse brésilienne, les manifestations violentes et grèves ne sont pas à exclure de la part des Brésiliens mécontents de la politique du gouvernement.  Une menace à plusieurs facettes. La Fifa tirait la sonnette d’alarme il n’y a pas longtemps. 

Le document, intitulé « Diagnostic préliminaire de la Coupe du monde » et élaboré à partir de rapports effectués dans les 12 villes-hôtes de la compétition, relève les six villes « les plus critiques » en matière de sécurité. Le rapport précise qu’à Rio de Janeiro, il y a « une relation difficile entre les pouvoirs publics et la société« .  A Sao Paulo, la baisse de 60 millions de reais (18,33 millions d’euros) dans le budget de la police militaire locale représente « un problème potentiel« . A Porto Alegre, c’est une grève de routiers qui pointe. Celle-ci pourrait faire boule de neige, à Belo Horizonte, où des fonctionnaires peuvent « alimenter les manifestations« .

Dans cette ambiance éloignée de la fête annoncée cet été, il y a à Fortaleza une division dans la police militaire et à Brasilia, « les partis de l’opposition essaient d’abîmer l’image » du gouverneur local. D’autres risques sont évoqués, comme le mécontentement d’habitants et commerçants de Rio en raison des travaux, ou encore celui des personnes expropriées qui vivaient près des stades.

La Présidence rassure sans convaincre 

La présidence de la République, qui a précisé que ce rapport était « préliminaire et sans conclusion« , précise que ces informations « ne sont pas officielles et n’ont pas été vérifiées« . Ces allégations du cabinet de Dilma Rousseff sont loin de convaincre l’opinion ainsi que les observateurs avisés, et pour cause. En effet,  lors du dernier carnaval de Rio, des affrontements se sont déroulés entre la police et des manifestants qui défilaient pour réclamer de meilleures conditions de vie.

Le scénario de la Coupe de la Confédération ne risque-t-il pas de se rééditer? En tout cas,  les forces de police s’entraînent depuis plusieurs mois, notamment avec l’aide de la police française, pour éviter des débordements lors du Mondial.

Publié par Equipe rédaction pour Africa Top Sports

L'équipe de la rédaction d'Africa Top Sports