Combats Le judo sénégalais replonge dans la crise

Il y  a deux ans, le judo sénégalais avait connu de graves remous sur le plan de sa gestion. Ce qui avait poussé  les autorités à dissoudre la fédération qui jusque – là gérait le quotidien. Pour mettre en lieu et place, un comité national provisoire pour un mandat de deux ans. 

Me Alassane Thioube membre du collectif aikido judoMais , voilà que bizarrement à quelques lueurs de la fin de ce mandat qui est prévu en avril prochain, les démons de la division secouent encore le judo sénégalais.

Cela est d’abord apparu le 22 mars dernier à l’occasion de l’assemblée générale convoquée par le ministère des sports afin de revoir les textes et autres documents de nature à permettre de trouver un consensus pour élire un nouveau bureau, et mettre en place une nouvelle fédération.

Mais, l’entente n’ a jamais eu lieu. Les parties en présence ( composées des anciens de la fédération et de nouveaux prétendants) se déchirent.

Si pour les uns, « les textes sont assez bons pour permettre de remettre en place une nouvelle fédération » , les autres  » disent le contraire« .

Ce qui a abouti à un méli mélo terrible. Chaque camp réclamant sa prééminence sur le judo ».

Ce qui a vu naitre des collectifs de part et d’autre. Et ce jeudi, c’est l’un de ses collectifs composés d’un ancien président de la fédération et du l’ex directeur technique qui est monté au créneau pour » s’attaquer au ministère des sports qu’ils accusent de prendre partie pour les partisans des textes obsolètes et escamotés »

Avec autour d’eux des clubs de judo célébres de la capitale sénégalaise. D’où un bras de fer parti pour donner lieu à un blocage qui pourrait remettre en lieu et place d’une fédération, encore un comité provisoire de gestion.

Au grand dam du judo sénégalais, qui ne gagne plus en Afrique et qui peine au niveau local, avec l’absence de compétitions surtout pour les jeunes.

Publié par Oumar DIARRA pour Africa Top Sports

OumarouATS