Football José Anigo – OM- : insulté par les Minots, il répond aux coups !

EHeSH.jpg-640x360

Ambiance électrique hier soir et aujourd’hui encore à Marseille comme Africa Top Sports.com vient de le rapporter.

Les phocéens ont été insultés par les Minots et ce malgré la victoire contre Ajaccio (3-1) ( Triplé d’Andre Ayew)

«Ça fait mal», a reconnu José Anigo.

Dans un entretien à l’AFP, le directeur sportif marseillais confie qu’il ne lâchera rien, il règle même ses comptes :

« Peu importe le score, je suis venu pour saluer le travail de mes joueurs, le professionnalisme et essayer de vous faire comprendre qu’on se battrait jusqu’au bout, seuls ou avec les supporters s’ils veulent nous accompagner.

Ça fait plus de deux ans qu’on est en train d’expliquer le personnage que je suis sans réelle connaissance de ma personne. Ce que je subis aujourd’hui c’est le résultat de deux ans de matraquage. Je continuerai à le subir mais ça ne change rien à ma vie. Les joueurs sont entrés à l’échauffement, le match n’avait pas commencé, c’était une ambiance délétère. On a fait notre travail dans un contexte compliqué, je veux saluer la victoire car cela faisait un moment qu’on n’avait pas gagné. Gagner dans ces conditions ce n’est pas évident. Dans ce contexte le boulot ils l’ont fait honnêtement et professionnellement.

Le résultat suffit à mon bonheur, permettez-nous de ne pas être d’accord tout le temps avec ce que vous écrivez.

 Je me fous complètement de qui peut l’organiser et peut-être que rien n’a été organisé mais j’en prends acte. Je sais que le foot ce n’est pas ça, cette haine, ce qu’on peut voir ou entendre, c’est mouliné tout ça, ça ne vient jamais seul.

Dans la vie, il y a des épreuves dures. Le foot ce n’est pas une épreuve dure, c’est un métier mais ce n’est pas quelque chose qui me fera bouger. Ce n’est pas ce que je vois ou j’entends qui me fait vaciller d’un centimètre. Je savais que ça allait être comme ça. Il y a quelque chose qui est préparé en ce qui me concerne depuis quelques années.

 On a 48 points, on bouge encore, on n’est pas largué, j’aurais préféré que les gens soient avec moi, ils ne le sont pas.»

Publié par Nicolas Coutain pour Africa Top Sports

Nicolas / ATS