Afrique Ouganda: Harcèlement, abus sexuel, scandale, l’athlétisme national au bord de l’explosion !

C’est le scandale du mois en Ouganda. L’histoire fait actuellement grand bruit et ébranle le pays au point d’être prise en main par les autorités. Il s’agit d’une affaire de mœurs qui secoue l’athlétisme ougandais depuis quelques semaines. Harcèlement, abus sexuel, tout y est…

Ouganda uneTout a commencé après une plainte déposée par des athlètes féminines pour harcèlement sexuel. Ces dernières disent avoir été harcelées et abusées sexuellement par un entraîneur national lors de leur préparation aux Championnats d’Afrique de cross-country.

Le Daily Monitor, qui a longuement relayé le scandale, indique que ces athlètes ont passé un mois dans un camp d’entraînement, au cours duquel elles ont reçu des visites nocturnes d’un de leurs entraîneurs venus exiger leurs faveurs.

Au départ discrète, la plainte a été rendue publique par Moses Kispiro, double médaillé d’or des Jeux du Commonwealth, capitaine de l’équipe d’Ouganda et l’un des meilleurs coureurs de longue distance du pays. Il s’est dit « choqué » et « honteux » des propos prêtés à cet entraîneur (dont le nom n’a pas été communiqué), qui aurait affirmé à certaines athlètes que pour courir vite, « elles devaient avoir une activité sexuelle ou être mères ».

Aussi étonnante que cela puisse paraître, l’affaire n’a suscité aucun émoi à la Fédération ougandaise d’athlétisme (UAF) dont la secrétaire générale, Beatrice Ayikoru, a qualifié les accusations de « fausses ». L’instance a par ailleurs écarté Moses Kispiro de l’équipe nationale lors des Championnats du monde de semi-marathon le 29 marsKipro dernier afin de le punir d’avoir dénoncé l’entraîneur publiquement. C’est en tout cas ce dont on l’accuse.

De leur côté, les autorités veulent mettre les choses au clair. Le Parlement vient d’ouvrir une enquête sur le sujet. Sam Cheptoris, un représentant du gouvernement ougandais, a déclaré au Daily Monitor que l’entraîneur avait été suspendu.

En Ouganda comme dans beaucoup d’autres pays, le sport rime souvent avec des affaires de mœurs en raison des relations de pouvoir athlètes-entraîneurs.

Publié par Rodolph TOMEGAH pour Africa Top Sports

Journaliste à Africa Top Sports Premier portail sportif Africain http://www.africatopsports.com